Vie Portuaire
Reforme des ports : Les grèves continuent

Actualité

Reforme des ports : Les grèves continuent

Vie Portuaire

Eclipsé ces derniers jours par le mouvement des pêcheurs, le conflit dans les ports autonomes se poursuit. La CGT appelle toujours à la mobilisation pour faire barrage au transfert des personnels de manutention des établissements publics vers des opérateurs privés. C'est l'une des mesures du plan de relance des ports, dont le projet de loi est examiné actuellement par les parlementaires. Hier, les terminaux pétroliers de Fos et Lavéra ont été perturbés, des arrêts de travail de 4 heures étant observé à la fin de chaque shift. La manutention n'étant assurée que la moitié du temps, les déchargements ont pris beaucoup de retard. On comptait dans l'après-midi pas moins de 14 tankers à quai et 9 autres sur rade. Alors que l'activité reste ralentie sur les terminaux conteneurs de Fos et Marseille, une assemblée générale des grévistes est prévue cet après-midi.
Au Havre, second port de France, on n'en fini plus de compter les pertes de conteneurs. Selon le port autonome, seuls 21.000 EVP sont traités chaque semaine, contre 37.000 en temps normal. Sur cinq semaines de conflit, le déficit est estimé à environ 60.000 boites, les pertes financières étant selon le PAH « très importantes » pour les entreprises de la place portuaire. Alors que les nuits ne sont pas assurées les mardi et mercredi, les grévistes ont maintenu jusqu'ici des arrêts de travail de 24 heures le jeudi à partir de 6 H du matin et le samedi à compter de 15 H.
Les autres places sont également touchées, notamment à Rouen où un nouveau préavis de grève de 24 heures a été déposé pour demain à compter de 7H du matin. Les heures supplémentaires, le travail de nuit, le dimanche et les jours fériés ne sont plus assurés. A Nantes Saint-Nazaire, on comptait le week-end dernier 100% de grévistes sur les terminaux conteneurs, agroalimentaires et charbonniers, ainsi que sur les sites de Cheviré et Rochemaurice. Le travail de nuit, ainsi que la mobilité entre les terminaux amonts et avals n'est plus assuré depuis début avril.

Divers Ports