Vie Portuaire
Réforme portuaire : Le point à Nantes Saint-Nazaire

Actualité

Réforme portuaire : Le point à Nantes Saint-Nazaire

Vie Portuaire

Comme les autres Grands Ports Maritimes, Nantes Saint-Nazaire continue de mettre en oeuvre la loi de juillet 2008 portant réforme des anciens ports autonomes. Concernant le transfert de l'outillage, des protocoles d'accord ont été conclus pour cinq terminaux (conteneurs et multivracs - TMDC, céréalier - Rochemaurice, charbonnier - Montoir, agroalimentaire - Poste 3 et 4 Montoir). Le port a transmis les dossiers à la commission nationale d'évaluation, qui dépend de la Cour des comptes et qui donnera son avis mi-novembre. Reste les terminaux nantais, où les discussions avec les opérateurs n'ont pas encore abouti, notamment en raison de la faiblesse des trafics. Comme le prévoit la loi, le GPM va, par conséquent, lancer un second appel à candidature. Pour mémoire, les outillages du bassin de Saint-Nazaire restent dans le giron de l'établissement public, le trafic étant trop limité pour intéresser des opérateurs.
Au niveau de la mise à disposition des personnels, les discussions ont été difficiles. Pour l'heure, la direction du port prévoit le détachement de la plupart des agents vers une entreprise de manutention, les personnels restants étant regroupés dans une structure commune de main d'oeuvre. Les conditions de travail seraient, ensuite, fixées par les opérateurs, avec l'accord des syndicats. Ce principe n'a, toutefois, pas encore été acté par l'Etat.
Concernant la maintenance, le projet de filialisation est tombé à l'eau. Pour les domaines régaliens (dragues, ouvrages mobiles, écluses), les services resteraient intégrés au port. Pour le reste, on se donne, au port, « un peu de temps pour négocier avec les organisations syndicales ».

Port de Nantes Saint-Nazaire