Divers
Regain de tension entre Washington et Pékin sur la mer de Chine méridionale

Actualité

Regain de tension entre Washington et Pékin sur la mer de Chine méridionale

Divers

Le bras de fer entre Pékin et Washington s’accentue autour de la mer de Chine méridionnale. Le secrétaire d’Etat américain, Michael R. Pompeo a déclaré, dans un communiqué au ton ferme, que les Etats-Unis considéraient que « les revendications de Pékin sur les ressources offshore à travers la plus grande partie de la mer de Chine méridionale sont complètement illégales, de même que sa campagne d'intimidation pour les contrôler ». Pékin a rétorqué que les Etats-Unis souhaitaient « le chaos » en mer de Chine méridionale.

Washington dit œuvrer à « préserver la paix et la stabilité, défendre la liberté des mers d'une manière compatible avec le droit international, maintenir la liberté des flux commerciaux et s'opposer à toute tentative de recourir à la coercition ou à la force pour régler les différends ». Les Etats-Unis dénoncent une « menace sans précédent venant de la république populaire de Chine » sur ces intérêts partagés avec ses alliés. Ils dénoncent l’absence de fondement juridique de la Chine pour « imposer unilatéralement sa volonté à la région », rappelant la décision du tribunal de la cour permanente d’arbitrage de La Haye de 2016 qui avait jugé que la Chine n’avait pas de base légale pour revendiquer des droits historiques sur le sud de la mer de Chine.

Pékin est en conflit avec ses voisins autour des archipels des Spratleys et des Paracels depuis des années. Mais c’est la première fois que le secrétaire d’Etat prend ouvertement position pour les Philippines en affirmant que les récifs de Mischief et Second Thomas Shoal relèvent des droits souverains de la juridiction des Philippines.

Début juillet, la Chine a organisé des manœuvres en mer de Chine méridionale, autour des îles Paracels, irritant le Vietnam qui revendique ces îles occupées par la Chine depuis 1974, de même que Taïwan. En guise de réponse, les Etats-Unis ont également mené des manœuvres en mer de Chine du Sud, pour défendre une zone indo-pacifique « libre et ouverte ». Elles ont impliqué pas moins de deux porte-avions, les USS Nimitz et USS Ronald Reagan.

Ces déclarations américaines s’inscrivent dans un contexte plus général de montée des tensions sino-américaines ces derniers jours.  Donald Trump a annoncé la fin du statut économique spécial accordé à Hong Kong et Washington a refusé des visas à trois hauts responsables chinois accusés de participer à la répression des Ouïgours, dans le Xinjiang. En retour, Pékin a imposé des sanctions, dont la nature n'a pas été précisée, contre trois élus américains.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.