Défense
Remise des offres pour les futurs sous-marins australiens

Actualité

Remise des offres pour les futurs sous-marins australiens

Défense

Les industriels en lice pour le contrat géant des futurs sous-marins de la Royal Australian Navy (RAN) n’ont plus que quelques jours pour remettre leurs offres au ministère australien de la Défense. Pour mémoire, trois candidats sont en lice : DCNS avec le Shortfin Barracuda Block 1A, une version du Barracuda de la marine française doté d’un système innovant de piles à combustible, l’Allemand TKMS avec un design de bâtiment océanique non encore existant et les Japonais avec une variante du Soryu en service dans la flotte nippone.

En tout, l’Australie souhaite faire construire 8 à 12 sous-marins de nouvelle génération afin de remplacer ses six unités actuelles du type Collins, mises en service entre 1996 et 2001. Les futurs bâtiments devraient rejoindre la RAN à partir de 2025, le coût du programme étant estimé à 50 milliards de dollars australiens (33.8 milliards d’euros). Le choix du design lauréat pour ce programme, connu sous le nom de SEA 1000, doit être connu en 2016. 

Les industriels en compétition ont été invités à présenter plusieurs scénarii, notamment une construction complètement locale des futurs bâtiments, ou bien un partage avec les chantiers du candidat retenu. Cette dernière option présente l’avantage de produire plus rapidement les sous-marins, tout en limitant les risques technologiques. Alors que la réalisation des nouveaux destroyers lance-missiles australiens  est marquée par des retards et d’importants surcoûts, la fabrication de sous-marins est, il faut le rappeler, autrement plus complexe. Elle nécessite des savoir-faire et un tissu industriel de pointe capable de mener à bien ce type de projet. 

Naval Group | Actualité industrie navale de défense