Vie Portuaire
Remorquage : Négociations en vue d'éviter une grève nationale

Actualité

Remorquage : Négociations en vue d'éviter une grève nationale

Vie Portuaire

Les discussions ont duré tard, hier soir, en préfecture de Rouen. Le préfet de région avait réuni le port autonome du Havre, la SNRH, les Abeilles et les représentants syndicaux pour tenter de trouver une solution au conflit qui oppose la division remorquage de BOURBON et la filiale du néerlandais Kotug. Cette dernière a obtenu du tribunal administratif, le 29 septembre, l’annulation de la décision du port autonome, qui lui avait retiré son agrément. « Nous avons obtenu quelques avancées. La SNRH doit se mettre dans les clous sur la question du personnel. Le préfet semble intransigeant sur cette question », nous expliquait, dans la soirée, Patrick Le Bris, de la CGT. L’une des principales pommes de discorde entre les syndicats et la SNRH porte, en effet, sur la feuille d’effectifs. Initialement, la société prévoyait 8 marins par remorqueur, avant de porter ce chiffre à 13, contre 17 pour les coques des Abeilles. A l’issue de la réunion, qui s’est poursuivie après notre bouclage, une assemblée générale est prévue au Havre ce matin. « Si la SNRH s’installe, on sait qu’un plan social est au bout ». Dans les coursives des Abeilles, on estime que l’arrivée de la concurrence devrait entraîner le retrait de quatre des dix bateaux et la suppression d’une centaine d’emplois. Hier soir, les syndicats ne s’étaient pas encore prononcés sur le lancement d’une grève nationale dans les ports français. La décision doit être prise vendredi, à Paris, par la coordination nationale, à l’issue d’une réunion à la fédération des syndicats maritimes.

Port du Havre