Construction Navale
Rencontre Sarkozy / Aponte : Des paquebots... et des porte-conteneurs ?

Actualité

Rencontre Sarkozy / Aponte : Des paquebots... et des porte-conteneurs ?

Construction Navale

Etait-il seulement question, hier midi à l'Elysée, des chantiers de Saint-Nazaire et des commandes que passe, depuis près de 10 ans, MSC Cruises ? Nicolas Sarkozy s'est entretenu durant une heure avec Gianluigi Aponte, président de Mediterranean Shipping Company, maison-mère de MSC Cruises. Cet entretien s'est déroulé en présence de François David, patron de la Coface. L'organisme doit, en effet, mettre en oeuvre pour le compte de l'Etat un dispositif d'assurance crédit export destiné à boucler le financement du nouveau paquebot de 1751 cabines que MSC Cruises souhaite faire réaliser par STX France (livraison en 2012). « Le Président a renouvelé à M. Aponte l'expression de la confiance de l'Etat dans le partenariat noué par MSC avec la France, tant à travers les Chantiers de l'Atlantique (STX France) dont l'Etat est actionnaire à 34%, qu'à travers la Coface qui a très fortement contribué au financement du paquebot en cours d'acquisition par MSC à Saint-Nazaire. Cette nouvelle commande apporte 5 millions d'heures de travail à STX France et à ses sous-traitants soit l'équivalent de 6000 emplois », explique la présidence de la République. Le projet, qui a fait l'objet d'une lettre d'intention le 1er mars, doit désormais se traduire par une commande ferme. Cette dernière est vitale pour la relance de l'activité aux chantiers de Saint-Nazaire, durement touchés par la baisse de charge.

Une alliance franco-suisse autour de CMA CGM ?

L'Etat, actionnaire de l'entreprise, s'est engagé à sortir STX France de ce mauvais pas, tout comme il suit avec attention la situation d'un autre fleuron maritime français en difficulté : l'armement CMA CGM. Malmené par la crise, confronté à une dette importante et à la recherche de nouveaux investisseurs, l'armateur français va procéder à une augmentation de capital. Selon certaines sources, il a pu être question de ce sujet au cours de l'entretien entre Nicolas Sarkozy et Gianluigi Aponte. Groupe familial comme CMA CGM, MSC est, faut-il le rappeler, avant tout un armement au commerce. Numéro 2 mondial du transport maritime conteneurisé (juste devant CMA CGM avec une flotte de 384 navires, contre 350), il est aussi présent dans de nombreux terminaux portuaires. Le groupe, dont le siège est en Suisse, compte bien sortir grandi de la crise. « Les grands opérateurs vont revenir très fort » assurait lundi, dans une interview au Financial Times, Gianluigi Aponte, estimant que les pertes allaient cesser en 2010. Dans ces conditions, peut-on imaginer une alliance franco-suisse dans le conteneur, qui donnerait alors naissance, et de loin, au premier armement mondial ? Le nom de MSC n'a, en tous cas, pas encore été cité comme prétendant, les investisseurs potentiels dans CMA CGM devant déposer leurs dossiers d'ici la mi-mars. En dehors des paquebots, l'Elysée a simplement indiqué que Nicolas Sarkozy, lors de son entretien avec le président de MSC, avait « réaffirmé son attachement à une grande politique maritime, appuyée sur la récente réforme des ports français, le plan de développement du fret ferroviaire et la stratégie maritime de la France qu'il a exposée au Havre le 16 juillet dernier ».

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire Mediterranean Shipping Company | Actualité de l'armateur MSC