Défense
Renseignement : Le Dupuy de Lôme aura des petits frères
ABONNÉS

Actualité

Renseignement : Le Dupuy de Lôme aura des petits frères

Défense

La France va se doter de nouveaux « navires espions ». C’est la principale surprise du discours prononcé vendredi dernier à Toulon par le président de la République lors de ses vœux aux armées. Au détour d’une phrase sur le renforcement des moyens de renseignement français, Emmanuel Macron a révélé ce projet demeuré jusqu’ici secret : « Un effort important sera réalisé dans le domaine du renseignement, avec là aussi des engagements clairs et des priorités. Une posture permanente du renseignement sera créée, s'appuyant sur la mise en service d'un segment spatial renouvelé et de nouvelles capacités de recueil de renseignement. Système de drones MALE supplémentaires, avions légers de surveillance et de renseignement, avions de renseignement et de guerre électronique, bâtiments spécialisés de recueil de renseignement ».

Un programme, portant sur au moins deux nouveaux navires, devrait voir le jour dans le cadre de la prochaine loi de programmation militaire (2019 – 2025), dont le projet a été validé la semaine dernière en Conseil de défense et qui sera présenté au parlement en février.

L’objectif est de renforcer significativement les moyens de la Marine nationale, dont tous les bâtiments contribuent avec leurs senseurs à la recherche électromagnétique, mais qui ne dispose pour le moment que d’un navire spécialisé. Il s’agit du Dupuy de Lôme, construit dans le cadre du programme MINREM (moyen interarmées naval de recherche électromagnétique) et qui a succédé en 2006 à l’ancien bâtiment de transport et de soutien Bougainville. Ce dernier, construit en 1988 pour le centre

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française