Vie Portuaire
Réparation : 25 navires mis à sec cet été à Concarneau

Actualité

Réparation : 25 navires mis à sec cet été à Concarneau

Vie Portuaire

25, c'est le nombre de navires que la SEMCAR (Société qui gère les moyens de carénage du port de Concarneau) a mis au sec en juillet et août sur le slipway, l'élévateur à bateaux, et en cale sèche. « Cet été, l'activité réparation navale a été particulièrement rythmée par les avaries. Et une fois de plus, les entreprises du port ont su faire preuve de réactivité », note l'Interprofession du port de Concarneau. En juillet, l'Abeille Languedoc, navire de la société Les Abeilles affrété par la Marine nationale, est venu pour la première fois faire son arrêt technique annuel à Concarneau. Le Trofa, le sablier de l'armement CETRA, victime d'une voie d'eau, a séjourné un mois en juillet sur l'élévateur, suivi en août de l'Ar Menez, la barge de la société de travaux maritimes EMCC, pour la réfection de tôles de fond. Simultanément, l'Ile de Groix, le tout récent navire à passagers livré par Aker Yards Lorient à la Compagnie Océane, a fait son premier séjour à Concarneau, suite à un accident fin juillet en rade de Lorient. D'abord accueilli d'urgence en cale sèche, le bateau a ensuite été transféré sur l'élévateur, où les travaux de réparation ont duré un mois. Le Penfret, des Sabliers de l'Odet, a séjourné 2 deux semaines en cale sèche, pour son arrêt technique annuel. Fin août, le plus grand sablier de France, l'André L, de l'armement DTM (Dragage Transports travaux Maritimes), a été rentré en urgence en cale sèche pour un problème de gouvernail.
Enfin, le 9 septembre, c'était au tour de l'Abeille Liberté, remorqueur d'intervention, d'assistance et de sauvetage basé à Cherbourg, d'entrer au bassin pour un arrêt technique.