Vie Portuaire
Réparation : Damen Shiprepair Brest dans la course mondiale

Actualité

Réparation : Damen Shiprepair Brest dans la course mondiale

Vie Portuaire

En 2012, le géant hollandais Damen sauvait la réparation navale à Brest. Il vise la rentabilité du chantier dans les deux prochaines années. Des trois repreneurs qui étaient sur les rangs, Damen et sa dimension internationale s'est aisément imposé sur un site de réparations idéalement positionné à la pointe bretonne, au carrefour de la Manche et de l'Atlantique, disposant de cales sèches de belle dimension, parfaitement entretenues. Le site de réparation brestois a évité la désintégration en préservant une grande partie de ses salariés (210), à l'exception de la cellule de direction pilotée aujourd'hui par deux charismatiques Hollandais, Jos Goris et André Hollander.

 

 

Le chantier Damen de Brest (© DAMEN)

Le chantier Damen de Brest (© DAMEN)

 

 

Gros potentiel

 

 

En limitant la casse, Damen est arrivé avec sa méthode et la puissance d'un groupe implanté dans le monde entier (1,7 milliard d'euros de chiffre d'affaires).

Côté infrastructures, la cale de radoub nº3 fait toujours partie des trois plus grandes cales sèches jamais construites en Europe, réalisée au milieu des années 70 dans l'optique d'accueillir les supertankers de 500.000 tonnes. Les Hollandais ont évidemment immédiatement perçu le potentiel du site Brestois alors mené par une entreprise décramponnée dans la course commerciale effrénée et sans pitié de la réparation navale mondiale. La concurrence directe avec les chantiers asiatiques n'a jamais été aussi rude. Les distorsions de concurrence entre pays européens n'arrangent rien. Il

Damen Shiprepair Brest | Actualité du chantier naval brestois Port de Brest