Vie Portuaire
Réparation : Saint-Nazaire Marine prend une drague et attend des pétroliers

Actualité

Réparation : Saint-Nazaire Marine prend une drague et attend des pétroliers

Vie Portuaire

Saint-Nazaire Marine va assurer le carénage de la drague Samuel de Champlain. Le navire doit entrer en cale sèche ce week-end pour quatre semaines de travaux. Le chantier portera notamment sur la propulsion, avec la dépose des safrans, des hélices et éventuellement des lignes d'arbres. Pour l'entreprise, ce contrat représente 8000 heures de travail. Construite à Gijon, en Espagne, et livrée en 2002, la Samuel de Champlain appartient au Groupement d'Intérêt Economique (GIE) Dragages Ports, qui regroupe les ports autonomes français et l'Etat. Saint-Nazaire Marine, qui s'est installé au bord du bassin de Penhoët suite à la faillite de R2N en 2004, traite également des bacs, sabliers, navires de transport, vraquiers mais aussi des pétroliers. Fouquet Sacop serait notamment intéressé pour réaliser les arrêts techniques de deux de ses navires l'hiver prochain. En 2005, l'armement avait déjà confié à l'entreprise nazairienne le FS Vanessa, qui avait été le premier tanker à passer en cale sèche dans l'estuaire de la Loire depuis 20 ans. Suite à ce chantier, de nombreux navires de Fouquet ont réalisé des escales techniques à Saint-Nazaire mais l'année 2006 avait été marquée par des problèmes de sécurité dans le bassin de Penhoët, où la société dispose d'un quai. Les navires venant s'y faire entretenir devaient être en « free gaz », c'est-à-dire avec citernes lavées et ventilées, une procédure longue et complexe. Une technique nettement plus souple, par saturation de gaz inerte, a finalement été autorisée.

Un site idéalement placé pour accueillir les pétroliers

Saint-Nazaire est parfaitement situé, à proximité immédiate de Donges, où les tankers viennent chercher leurs cargaisons de produits raffinés pour les transporter vers Brest, Douarnenez, Lorient, La Pallice, Bayonne ou encore l'estuaire de la Gironde. Plusieurs armateurs souhaitent, actuellement, développer la maintenance de leurs bateaux à Saint-Nazaire. Afin d'améliorer la compétitivité des installations, le port autonome a lancé plusieurs grands chantiers dans le bassin de Penhoët. Une rénovation des trois formes de radoub, d'un coût de 3 millions d'euros. Les installations électriques seront refondues, alors que les stations de pompage sont en cours de modernisation. La porte aval de la forme Joubert va, par ailleurs, être remplacée. Si cet effort est salué par les professionnels de la place, il reste à solutionner la problématique des outillages, lourds et mal adaptés à la réparation navale. Leur coût d'utilisation serait jusqu'à 30% plus élevé que celui des engins d'autres ports concurrents de la façade atlantique. Le port de Nantes Saint-Nazaire réfléchit donc à l'acquisition d'une grue de type travaux publique.
__________________________________________________

- Accéder au site de Saint-Nazaire Marine

Port de Nantes Saint-Nazaire Eiffel Industrie Marine