Défense
Reportage : Au coeur du chantier de la frégate Aquitaine

Actualité

Reportage : Au coeur du chantier de la frégate Aquitaine

Défense

Projet majeur pour la marine française, le programme des Frégates Européennes Multi-Missions (FREMM) permettra de remplacer les 9 frégates anti-sous-marines des types Tourville (F67) et Georges Leygues (F70 ASM), ainsi que les deux frégates antiaériennes de la classe Cassard (F70 AA). Avant de vous emmener au coeur de la forme de construction de DCNS, à Lorient, revenons d'abord sur l'histoire de ce programme.
Notifié à DCNS fin 2005, le contrat portait initialement sur 17 frégates pour un montant de 6.5 milliards d'euros. Huit d'entre-elles devaient être à vocation ASM et 9 autres en version « Action Vers la Terre ». A l'époque, il était en effet question de remplacer les frégates ASM mais aussi les 9 avisos du type A69 encore en service dans la marine (sur 17 initialement construits) par une même classe de bâtiments. On arguait alors que la production en série et à cadence élevée d'un nombre important de navires permettrait de réaliser d'importantes économies d'échelle.

 FREMM (© DCNS)
FREMM (© DCNS)

12 frégates à livrer d'ici 15 ans

Le programme, tel que notifié à la fin 2005, va être revu à la baisse. Trop de projets majeurs étant lancés au même moment pour les armées françaises, l'Etat a décidé d'amputer partiellement le programme FREMM. In fine, seules 9 frégates de lutte anti-sous-marine seront réalisées. Les bâtiments AVT sont, quant à eux, abandonnés, le remplacement des avisos étant renvoyé à plus tard. En revanche, suite à l'annulation de la construction des frégates Horizon 3 et 4, jugées trop onéreuses, il fut décidé d'adapter la plateforme FREMM pour construire deux unités à vocation antiaérienne. La Marine nationale touchera donc, en tout, 11 frégates de nouvelle génération, remplaçant nombre pour nombre ses actuelles frégates de premier rang.
Le rythme de livraison des nouveaux bâtiments n'a pas encore été officialisé. Initialement, DCNS devait livrer, à compter de la troisième unité, une frégate tous les 7 mois. Mais, compte tenu de la réduction du programme, la cadence est réduite, autour d'une livraison tous les 10 à 12 mois. La tête de série, l'Aquitaine, devant entrer en service en 2012, la seconde FREMM (destinée au Maroc) en 2013, et la Normandie en 2014. Cela signifie que la flotte française devrait avoir l'intégralité de ses no

Naval Group | Actualité industrie navale de défense