Croisières et Voyages
Reportage : A bord du paquebot Carnival Dream

Reportage

Reportage : A bord du paquebot Carnival Dream

Article gratuit
Croisières et Voyages

Nous vous emmenons aujourd'hui à la découverte du dernier né et du plus grand paquebot de la compagnie américaine Carnival Cruise Lines. Construit par les chantiers Fincantieri de Monfalcone, en Italie, le Carnival Dream est le premier d'une nouvelle série de trois navires. Il a été livré fin septembre et, après une série de croisières en Méditerranée, a été baptisé le 12 novembre, à New York. C'est à l'occasion de ses débuts sur le marché américain que nous avons pu découvrir ce géant, qui nous a réservé d'excellentes surprises.
Long de 306 mètres pour une largeur de 37 mètres et une jauge de 130.000 tonneaux, le nouveau fleuron de CCL est une version agrandie des Carnival Freedom et Carnival Splendor (290 mètres, 109.000 tonneaux), que nous vous avons fait découvrir en 2007 et 2008. Mais, pour son nouveau paquebot, Carnival ne s'est, en fait, pas contenté de proposer la même chose, en plus grand. Le Dream constitue une véritable évolution par rapport aux navires précédents de la classe Conquest/Liberty. Les grands standards de la compagnie sont conservés mais les défauts des unités précédentes sont gommés et des nouveautés sont proposées.

Le Carnival Dream
Le Carnival Dream

Le design des Liberty, en plus grand et en mieux

Extérieurement, les lignes évoluent sensiblement. La classe Conquest/Liberty, forte de 6 navires (auxquels il faut ajouter les Concordia de Costa, filiale de Carnival) se caractérisait par un design datant du milieu des années 90, avec des lignes plutôt réussies mais assez anguleuses. Si cette architecture a plutôt « bien vieilli » dans les années 2000, l'heure est aujourd'hui à un design plus doux. Le Carnival Dream présente donc une structure avec des angles arrondis, qu'il s'agisse du bloc passerelle ou de la poupe. Au niveau de l'intérieur, le navire, bien que coloré (suivant la tradition de Carnival et de son architecte Joseph Farcus), donne moins dans le « Las Vegas » que les unités précédentes, si ce n'est peut être l'atrium, véritable explosion de couleurs et de détails.

L'Atrium du Carnival Dream
L'Atrium du Carnival Dream

L'Atrium du Carnival Dream
L'Atrium du Carnival Dream

CCL s'est, par ailleurs, enfin décidée à revoir complètement la décoration des ponts piscines, qui commençait à dater. Enfin, au niveau de l'agencement des espaces publics, la compagnie a corrigé l'un des principaux défauts des navires du type Conquest/Concordia, à savoir le positionnement du grand restaurant situé au milieu du navire. Jusqu'ici, cette salle à manger s'étalait sur deux ponts et, surtout, sur toute la largeur du navire. Or, devant comme derrière, il y a d'autres lieux publics. Les passagers, pour aller sur le même pont d'un endroit à un autre, avec le restaurant au milieu, étaient par conséquent obligés de monter au niveau supérieur, passer au dessus du restaurant et redescendre ensuite d'un pont. Cela n'avait rien de pratique, ni de logique. Le Carnival Dream étant plus grand, une coursive a été ajoutée au pont 4, le long du restaurant. Baptisée « Lower Dream Street », elle permet aux passagers de circuler depuis le restaurant arrière jusqu'au théâtre, à l'avant, sans avoir besoin de prendre deux fois les escaliers pour passer au dessus de l'obstacle constitué par le restaurant central.

La coursive « Lower Dream Street » permet de longer le restaurant central
La coursive « Lower Dream Street » permet de longer le restaurant central

Un nombre impressionnant de cabines

Côté hébergement, le Carnival Dream impressionne par le nombre de cabines réservées aux passagers. Il y en a, en tout, 1826, soit près de 350 de plus que sur les Conquest. La capacité maximale atteint 4633 passagers ! De nombreuses catégories sont proposées, allant de la toute petite cabine intérieure à la suite. Côté décoration, CCL ne s'est toujours pas décidée à faire évoluer le design de ses cabines, adopté il y a plus de 10 ans. On retrouve l'éternel canapé marron, les traditionnels abat-jours coniques des lampes de chevet et l'inoxydable frise lumineuse qui fait le tour de la cabine à la jonction des murs et du plafond. Rien de neuf, donc, et c'est un peu regrettable. Reste que ces cabines sont toujours aussi pratiques, bien agencées et confortables, ce qui est somme toute l'essentiel. Toutes les cabines du Carnival Dream disposent du « Carnival Comfort Bed » avec une couette, un matelas, des draps et des oreillers de très haute qualité. Le détail parait anecdotique mais la compagnie est très réputée pour sa literie, particulièrement confortable.

Cabine extérieure (hublot)
Cabine extérieure (hublot)

Si, côté décoration, on attend toujours un peu de nouveauté, CCL a en revanche innové avec de nouvelles catégories de cabines, plutôt bien imaginées. Sont introduites sur le Dream les premières « Cabines Grottes », que l'on trouve parfois sur d'autres bateaux, comme le Queen Mary 2 de Cunard. Dans cette configuration, le balcon consiste en une ouverture dans la coque. Situés près de la ligne de flottaison, ces logements offrent de très belles vues sur la mer.

Cabine grotte
Cabine grotte

Cabines grottes sous les canots de sauvetage
Cabines grottes sous les canots de sauvetage

Cabine familiale avec deux salles de bain
Cabine familiale avec deux salles de bain

Cabine familiale avec 5 couchages
Cabine familiale avec 5 couchages

A retenir aussi les nouvelles cabines intérieures ou extérieures, avec une configuration à deux salles de bain (petite baignoire et douche). Elles disposent notamment de deux lits bas et d'une grande buanderie. Spécialement conçues pour les familles, avec deux lits repliables encastrés au plafond, certaines cabines peuvent accueillir jusqu'à 5 personnes, ce qui est très rare dans l'industrie de la croisière. La présence des deux salles de bain, l'une classique avec baignoire et l'autre plus petite avec douche, prend là tout son intérêt : Temps gagné pour toute la famille et problématique des toilettes occupées résolue.

Cabine intérieure
Cabine intérieure

En plus de ces nouvelles cabines, le paquebot propose, comme sur ses prédécesseurs, une large variété de cabines intérieures, extérieures avec hublot, extérieures avec balcon, suites et mini suites. Le Carnival Dream compte également 65 cabines et suites « Spa ». Ces logements sont situés près du centre de bien-être (ponts 12 et 14 à l'avant) dans lequel elles ont un accès direct par ascenseur. Dédiées aux passagers souhaitant profiter pleinement du Spa, elles présentes des particularités, comme la présence de peignoirs et de chaussons.

Le « Crimson »
Le « Crimson »

La restauration très satisfaisante

Traditionnellement, la cuisine tient une place d'honneur dans la croisière. Or, sur une compagnie américaine, on pourrait émettre des doutes quant à la qualité et la diversité des plats proposés. Comme nous l'avons déjà constaté sur le Freedom et le Splendor, il n'en est Rien. Objectivement, certaines compagnies « européennes » pourraient, sans nul doute, en prendre de la graine.
Le Carnival Dream compte deux restaurants principaux. Le plus grand, baptisé « Scarlet », se situe sur l'arrière du bateau. Agencé sur deux étages (ponts 3 et 4), avec un immense espace central ouvert sur une grande mezzanine, sa décoration, avec des teintes rouge, est plutôt réussie. S'étalant sur toute la largeur couverte du bateau, il offre sur les côtés de très belles vues sur la mer. Pour la nourriture, il ne faut, certes, pas s'attendre à un restaurant gastronomique. Mais les plats sont très variés et de très bonne facture, avec des menus spéciaux pour les végétariens ou les personnes souffrant de diabète. La cuisine est dans son ensemble très bonne et le service impeccable.
Ouvert le matin pour le petit déjeuner, le « Scarlet » propose deux services le soir. Les passagers devront choisir un horaire et s'y tenir durant la croisière, avec une table attitrée. Cette obligation, traditionnelle sur un paquebot, tend néanmoins à être assouplie, de plus en plus de passagers ne souhaitant pas, tout au long de la traversée, dîner systématiquement avec les mêmes personnes. Sur le Carnival Dream, un troisième service est donc proposé, cette fois avec un placement libre.

Le « Crimson »
Le « Crimson »

Le « Scarlet »
Le « Scarlet »

Logé au centre du navire, toujours sur les ponts 3 et 4, l'autre grand restaurant a pour nom « Crimson ». On y déguste la même nourriture dans une ambiance très similaire. Bien plus haut, au pont 12, sous la cheminée, se trouve « The Chef's Art ». Il s'agit du restaurant à supplément du navire. Cette très belle salle à manger, ouverte uniquement en soirée, nécessite une réservation et, contrairement aux autres restaurants (compris dans le prix de la croisière), est en accès payant. Avec une décoration très élégante et un piano au centre, l'atmosphère y est beaucoup plus intimiste et un effort supplémentaire est fait sur la nourriture. Ce steak house propose, notamment, d'excellentes pièces de boeuf ou encore de la queue de Langouste, le tout accompagné d'une belle carte des vins. Malgré le supplément (Une trentaine de dollars par personne), « The Chef's Art » est sans nul doute un petit plaisir à se faire au moins une fois durant la traversée.

« The Chef's Art »
« The Chef's Art »

Le quatrième grand point de restauration du navire est l'immense buffet réparti en plusieurs points au pont 10, entre les deux espaces piscines. « The Gathering » présente un choix particulièrement varié de salades, charcuteries, fromages, viandes, volailles, plats en sauce, légumes, sandwiches, fruits et autres desserts. Malgré quelques plats un peu moins réussis, la grande majorité de ce qui est proposé se révèle d'un bon niveau (simple mais efficace) et il faudrait être objectivement difficile ou jouer de malchance sur les goûts pour ne pas y trouver son bonheur. A noter que l'offre est complétée, à l'entrée de chacun des espaces piscines, par un point de restauration rapide avec pizzas, hot-dogs et hamburgers à se faire soi-même. « The Gathering » est également ouvert le matin, ce qui permet de prendre son petit-déjeuner en libre service et, surtout, de profiter d'un superbe panorama derrière les grandes baies vitrées du buffet.
Côté décoration, en revanche, ce lieu est très particulier, avec ses mosaïques et coloris un peu fades. De notre avis, c'est en matière de design l'un des espaces les moins réussis du bateau.

Le buffet
Le buffet

Le buffet
Le buffet

Le buffet
Le buffet

Restauration rapide en extérieur
Restauration rapide en extérieur

Le Sushi Bar
Le Sushi Bar

Le Sushi Bar
Le Sushi Bar

Pour clore ce chapitre sur la restauration, nous évoquerons une très bonne idée de la compagnie, consistant à proposer un sushi bar. Le « Wasabi » est installé au pont 5, axe central de la vie à bord (théâtre, casino, salons, bars, discothèque, boutiques...). On peut y déguster d'excellents makis et sushis. Seul regret, cet espace n'est pas un véritable restaurant, comme sur certains autres paquebots. On n'y dinera donc pas, se contentant, par exemple à l'apéritif, de déguster une petite assiette (à supplément).

Le théâtre « Encore ! »
Le théâtre « Encore ! »

Théâtre, casino, discothèque, bars et salons

A l'instar des autres paquebots modernes, le Carnival Dream dispose d'une variété impressionnante de lieux publics. A l'avant, le traditionnel théâtre peut accueillir plus de 1500 personnes. Véritable salle de spectacle s'élevant sur 3 niveaux (ponts 3 à 5), « Encore ! » propose, après le dîner, deux représentations. Pour ses débuts dans les Caraïbes, le navire accueille, d'ailleurs, une extraordinaire troupe de danseurs et chanteurs, proposant l'un des meilleurs spectacles qui nous a été donné de voir sur un navire de croisière. Comédie musicale, chanson, spectacle humoristique, jonglage, magie... A chaque soirée son show.

Le théâtre « Encore ! »
Le théâtre « Encore ! »

Le théâtre « Encore ! »
Le théâtre « Encore ! »

Le théâtre « Encore ! »
Le théâtre « Encore ! »

Le théâtre « Encore ! »
Le théâtre « Encore ! »

Le théâtre « Encore ! »
Le théâtre « Encore ! »

Le théâtre « Encore ! »
Le théâtre « Encore ! »

Le casino
Le casino

Le casino
Le casino

Le casino
Le casino

Les amateurs de casino ne seront pas déçus avec l'impressionnant « Jackpot Casino », au pont 5 (ouvert quand le navire est en mer). Sur toute la largeur du bateau sont installées des dizaines de machines à sous, ainsi que des tables de jeux. A noter que le casino, qui dispose d'un bar, n'est que partiellement fumeur.
A bord du navire, on peut aussi profiter des nombreux bars et salons mis à disposition des passagers, chacun avec leur ambiance particulière. Dans l'atrium, le grand hall central par lequel les passagers embarquent, un vaste bar circulaire est installé sous un podium où, en soirée, un groupe de musique met l'ambiance. Côté décoration, cet impressionnant lieu, qui occupe plusieurs ponts desservis par des ascenseurs panoramiques, est assez flamboyant, avec des éclairages évoluant sans cesse, passant progressivement du bleuté au rouge. On reste ici dans le style traditionnel de Carnival, dont l'objectif est de surprendre les passagers par un design des plus audacieux.

L'Atrium
L'Atrium

L'Atrium
L'Atrium

L'Atrium
L'Atrium

« Upper Dream Street »
« Upper Dream Street »

« Upper Dream Street »
« Upper Dream Street »

« Upper Dream Street »
« Upper Dream Street »

Le pont 5 rassemble l'essentiel des bars et salons, ainsi que le casino, la discothèque et les boutiques. Une longue et large coursive, appelée « Upper Dream Street », traverse tous ces espaces, permettant de passer rapidement d'une atmosphère à l'autre. A l'extrême arrière du pont 5, au dessus du restaurant « Scarlet », se situe le « Burungy », le plus vaste salon du bateau. Dans une décoration chaleureuse et un peu retro, les passagers viennent prendre un verre et profiter du chanteur et de l'orchestre qui bat la mesure sur le podium. Juste à côté se trouve « The Song », très beau salon à l'ambiance feutrée, avec ses canapés marron et ses superbes mosaïques. On citera aussi le « Martini Bar » et surtout le piano bar. Baptisé « Sam's », ce lieu est plus réussi côté décoration que les bars équivalents sur les bateaux précédents. Très agréable, avec là aussi de belles mosaïques au sol, il accueille chaque soir un pianiste et chanteur, qui partage avec les passagers quelques grands classiques du répertoire, le tout dans une belle ambiance.

Le « Burungy »
Le « Burungy »

« The Song »
« The Song »

Le « Martini Bar »
Le « Martini Bar »

Piano Bar « Sam's »
Piano Bar « Sam's »

Le « Coffee Bar »
Le « Coffee Bar »

La discothèque « Caliente »
La discothèque « Caliente »

La discothèque « Caliente »
La discothèque « Caliente »

La discothèque « Caliente »
La discothèque « Caliente »

Entre deux verres (ou en journée), un petit détour par le « Coffee Bar » permet aux gourmands de se rassasier de gâteaux et autres pâtisseries, alors que les amateurs de cigares et de digestifs affectionneront le fumoir. Pour les noctambules, la discothèque « Caliente » restera ouverte jusqu'au bout de la nuit. Située au pont 5, près des principaux bars et salons, ce vaste espace est très réussi. Autour d'une grande piste de danse, de nombreuses tables et fauteuils sont disposés. On notera aussi, pour le côté plus intimiste, l'introduction de gros poufs ronds (sur lesquels ont peut s'allonger) entourés d'un voilage, ce qui n'est pas sans rappeler le concept du Bliss Club chez la compagnie NCL.

Galerie d'art
Galerie d'art

Point Internet « FunHub »
Point Internet « FunHub »

Point Internet « FunHub »
Point Internet « FunHub »

Salle de conférence
Salle de conférence

Côté activités, on notera aussi que le Carnival Dream dispose d'une bibliothèque, d'une galerie d'art, d'un réseau très réussi d'Internet Cafés, les points « FunHub » (groupes de postes informatiques installés à différents points du bateau), de boutiques (joaillerie, souvenirs, vêtements, cigarettes, alcools...) ; ainsi que de salles de conférences. Avec le buffet, ces salles de conférences, très austères, sont sans doute les espaces les moins esthétiquement réussis.

Pont promenade
Pont promenade

Réappropriation du pont promenade

Avec le Carnival Dream, la compagnie a lancé une véritable réappropriation de la promenade extérieure, ce qui est une excellente idée. Située au pont 5, cette promenade extérieure fait tout le tour du navire, soit une longueur de 830 mètres. Idéale pour se dégourdir les jambes ou faire un footing, la promenade redevient, sur ce bateau, un véritable espace de vie (certaines compagnies ont malheureusement délaissé cet espace, perdant au passage une place précieuse). Avec le Carnival Dream, la compagnie introduit le concept de l'« Ocean Plaza ». Situé au pont 5, à la perpendiculaire de la cheminée, il s'agit d'un grand bar occupant toute la largeur du navire et s'ouvrant sur la promenade extérieure. L'objectif est, ici, de rouvrir le bateau sur la mer. Alors que de petits concerts mettent l'ambiance, à l'intérieur de l' « Ocean Plaza », on trouve, outre les boissons, des gelati italiennes et des pâtisseries, ainsi qu'une connexion Internet haut débit grâce à la présence contigüe d'un « FunHub ».

Pont promenade : « Ocean Plaza »
Pont promenade : « Ocean Plaza »

Pont promenade
Pont promenade

Sur la partie extérieure de l'« Ocean Plaza » sont installées des tables et chaises, permettant de profiter au mieux de la vue et de la mer. Mais la reconquête de la promenade par Carnival va encore plus loin, avec l'intégration de deux bains à remous sur chaque bord du bateau. Véritables alcôves débordant légèrement au dessus des embarcations de sauvetage (qui sont situées au pont inférieur), ces jacuzzis offrent une belle vue sur l'océan, ce qui n'est généralement pas le cas pour les bains installés dans les hauts des paquebots. Points de baignade et de « rafraîchissement », ils incitent aussi les passagers à occuper la promenade et ses nombreuses chaises longues durant les heures les plus chaudes de la journée.

Le club « Camp Carnival » pour les enfants de 2 à 12 ans
Le club « Camp Carnival » pour les enfants de 2 à 12 ans

1765 m² réservés aux enfants

Clairement, le Carnival Dream se veut comme un navire familial. Nous l'avons notamment vu avec les nouvelles cabines, mieux adaptées à cette clientèle. Les jeunes passagers sont d'ailleurs une cible stratégique pour la compagnie, qui compte embarquer l'an prochain 625.000 enfants, soit la moitié du marché nord-américain. Au niveau des animations, le Dream, comme tous les paquebots récents de CCL, dispose d'espaces spécialement étudiés pour les plus jeunes, qui assureront un jour la relève de leurs parents et grands parents. Il n'est donc pas question de les décevoir, d'autant que les enfants sont réputés comme étant d'excellents consommateurs. Pas moins de 1765 m² leur sont exclusivement consacrés, soit la plus grande surface de tous les navires de la compagnie. Différents espaces intérieurs et extérieurs, ainsi que des activités spécifiques suivant les tranches d'âge et avec des personnels dédiés, sont proposés.

Le club « Camp Carnival » pour les enfants de 2 à 12 ans
Le club « Camp Carnival » pour les enfants de 2 à 12 ans

Ainsi, le vaste « Camp Carnival », avec sa décoration colorée et ses nombreux jouets, puzzles et livres, sans oublier une rangée consoles de jeu, est destiné aux 2-12 ans. Situé au pont 14, il donne sur le pont extérieur central (« Waves Pool ») et dispose d'une terrasse en plein air dotée de jeux aquatiques. On peut y voir se promener « Freddy », l'inimitable mascotte de Carnival. Avec sa tête rouge en forme de queue de baleine (comme les cheminées des paquebots de CCL), ses yeux géants et sa grosse bouche, « Freddy » joue avec les tout petits, qui ne paraissent pas effrayés malgré sa taille impressionnante et son air de monstre en peluche.

Le club « Circle C » pour les 12à 17 ans
Le club « Circle C » pour les 12à 17 ans

Salle de jeux vidéo
Salle de jeux vidéo

Le « Club O2 » pour les adolescents
Le « Club O2 » pour les adolescents

Le « Club O2 » pour les adolescents
Le « Club O2 » pour les adolescents

Mais passons au plus grands. Le point de ralliement des enfants de 12 à 14 ans est le « Circle C » (pont 4), bel espace où les jeunes peuvent discuter sur de confortables banquettes ou participer à différentes activités, par exemple avec un professeur de musique. Les adolescents se retrouveront, quant à eux, au « Club O2 » (pont 4) réservé aux 15-17 ans. Avec ses colonnes à bulles et ses jeux de lumières, ce lieu, aménagé comme une discothèque, dispose d'une piste de danse et d'un bar (boissons sans alcool), ainsi que d'un espace circulaire doté de banquettes et d'écran en hauteur, où les adolescents peuvent faire une partie de jeu vidéo, activité pour laquelle une grande salle dédiée est aussi à leur disposition.
Outre ces espaces, qui proposent des animations spécifiques en journée et même en soirée, les jeunes passagers profitent aussi, largement, des ponts piscines.

Ponts extérieurs du Carnival Dream
Ponts extérieurs du Carnival Dream

Les ponts extérieurs revisités

Version agrandie et améliorée des navires du type Carnival Liberty/Costa Concordia, le Dream a vu ses ponts extérieurs (pont 10) revisités. L'évolution la plus sensible concerne les espaces accueillant piscines et bains à remous. La compagnie a abandonné l'ancien design, avec ses tons bleu ciel et violet clair, ainsi que ses innombrables pots de fleurs en plastique (il en reste tout de même quelques uns !). Nettement plus moderne, la nouvelle formule est plus épurée et les nouveaux motifs des carrelages des piscines changent résolument l'aspect général. Le Carnival Dream ne disposant pas de magrodôme (verrière rétractable), ses deux espaces piscines sont découverts en permanence. Utile pour les bateaux croisant dans des zones où la température peut être basse, l'absence de magrodôme n'est, ici, pas très problématique ; dans la mesure où le navire est destiné à être exclusivement exploité dans des régions chaudes.

Pont « Waves Pool »
Pont « Waves Pool »

Pont « Waves Pool »
Pont « Waves Pool »

Pont « Waves Pool »
Pont « Waves Pool »

Pont « Waves Pool »
Pont « Waves Pool »

Pont « Waves Pool »
Pont « Waves Pool »

Pont « Waves Pool »
Pont « Waves Pool »

Bien agencé, avec un bassin assez grand (et des douches pour se rincer) mais malheureusement pas de bains à remous, le pont piscine central (« Waves Pool ») dispose d'un bar et de points de restauration rapide. Il est dominé par un écran géant sur lequel films et concerts sont projetés. Dans un style tropical, cet espace comprend au milieu d'impressionnantes rangées de transats, alors que les pourtours sont occupés par des tables et chaises. Celles-ci permettent aux passagers de manger en extérieur, le buffet étant situé au même niveau. Ces espaces sont par ailleurs protégés, une mezzanine se trouvant au niveau supérieur (avec aussi des tables et également protégés par la promenade du pont du dessus (sur lequel sont disposés des chaises longues). L'autre espace piscine a été baptisé « Sunset Pool ». Il se situe également au pont 10, mais sur l'extrême arrière. Très réussi, ce lieu, avec son bassin et deux bains à remous, offre une vue magnifique sur le sillage du navire. Un bar, partiellement couvert, permet de prendre un verre, alors que certains passagers se restaurent ou prennent un café. Entre le bassin et la poupe, plusieurs rangées de transats sont, là aussi, disposées.

« Sunset Pool »
« Sunset Pool »

« Sunset Pool »
« Sunset Pool »

Point restauration à la « Sunset Pool »
Point restauration à la « Sunset Pool »

« Sunset Pool »
« Sunset Pool »

« Waterworks »
« Waterworks »

« Waterworks »
« Waterworks »

« Waterworks »
« Waterworks »

Toboggan géant, terrain de sport, mini-golf et espace réservé aux adultes

Surplombant la « Waves Pool », un immense toboggan se déploie à près de cinquante mètres au dessus de la ligne de flottaison. S'élançant dans les tubes gorgés d'eau pour une descente de plusieurs ponts, petits et grands s'en donnent à coeur joie. Cet espace, baptisé « Waterworks », compte également des jeux d'eau et se révèle très réussi.

Terrain de sport
Terrain de sport

Mini-golf
Mini-golf

Mini-golf
Mini-golf

Les vastes ponts extérieurs offrent, de manière générale, une multitude d'activités. On peut profiter des piscines, des bains à remous, lire un livre sur un transat, profiter du soleil, suivre les séances sportives matinales ou les cours de danse, écouter les orchestres et chanteurs qui se produisent en live, s'offrir une séance de cinéma sur l'écran géant, se restaurer ou encore boire un verre. Derrière la cheminée (pont 14), on trouve aussi un terrain de sport assez vaste, qui permet notamment de jouer au basket ou au tennis. Au niveau inférieur est installé un superbe mini-golf, très bien agencé et décoré, qui remporte beaucoup de succès.

L'espace « Serenity »
L'espace « Serenity »

Lorsque le navire est en mer et compte tenu de sa capacité impressionnante (4633 passagers pour mémoire), les ponts extérieurs sont très animés, voire même un peu bruyants pour ceux qui aiment le calme. La compagnie a, par conséquent, eu la très bonne idée d'isoler un espace, dont l'accès est réservé aux adultes. Baptisé « Serenity », ce lieu est situé tout en haut du navire, sur l'avant. Il compte deux niveaux. Au pont 15, derrière de grandes baies vitrées circulaires, une incroyable vue panoramique s'offre aux passagers, qui peuvent profiter d'un vaste solarium (avec chaises longues et bains à remous). Au pont 14, « Serenity » dispose de nombreuses chaises longues, fauteuils et gros poufs très confortables car disposant de coussins. Cet espace de quiétude, où l'on peut profiter du soleil et de la mer sans être obligé de subir les cris des enfants, est très agréable et bien conçu. Il dispose aussi d'un bar.

Le Spa « Cloud 9 »
Le Spa « Cloud 9 »

Un vaste centre de bien-être

Dans le prolongement de l'espace « Serenity », au pont 14, ainsi qu'au niveau inférieur, se trouve le Spa « Cloud 9 », qui occupe donc deux étages. Comme tous les navires de croisière modernes, le Carnival Dream dispose d'un immense centre de bien-être. Le « Cloud 9 » affiche une surface, impressionnante, de 2300 m2 ! Directement inspiré, dans sa conception, des Spa installés sur les navires précédents, il se distingue par une décoration différente. Ainsi, la grande piscine bouillonnante, où l'on peut se relaxer sous une verrière, arbore un style beaucoup plus élégant. Les gros dragons chinois trônant aux quatre coins de la pièce sur les bateaux antérieurs ont disparus, et on ne s'en plaindra pas. L'espace hammam avec ses superbes mosaïques et le solarium avec ses sièges chauffants en pierre ont également été soignés, procurant une atmosphère particulièrement agréable. Les équipements, complétés par un sauna et une pièce spéciale pour les couples (avec douche tropicale, petit hammam et soins du corps), comprennent également une douzaine de cabines réservées aux soins.

Le Spa « Cloud 9 »
Le Spa « Cloud 9 »

Le Spa « Cloud 9 »
Le Spa « Cloud 9 »

Le Spa « Cloud 9 »
Le Spa « Cloud 9 »

Le Spa « Cloud 9 »
Le Spa « Cloud 9 »

Le Spa « Cloud 9 »
Le Spa « Cloud 9 »

Comme dans tous les Spa terrestres et flottants, le choix est impressionnant. Massages suédois, balinais ou aux pierres chauffantes, acuponcture, traitements anti-âge, blanchiment des dents, programmes anticellulite... Rajoutez à cela le salon de beauté, avec coiffeur, manucure, pédicure et barbier : Il y en a pour tous les goûts, et pour toutes les bourses, ces soins étant évidemment payants. Par exemple, pour un massage suédois de 50 minutes, il faudra compter un peu plus de 100 dollars, alors que la première séance d'acuponcture est facturée 150 dollars (50 minutes), puis 125 dollars pour trois quarts d'heure supplémentaires. A noter qu'il existe des forfaits (à la journée ou pour la durée de la croisière) permettant d'accéder à la piscine du spa, ainsi qu'aux sauna et hammams (une quarantaine de dollars par jour). Cet accès est d'ailleurs inclus pour les passagers occupant les 65 cabines et suites Spa. Situées aux ponts inférieurs, ces cabines disposent d'un accès direct au « Cloud 9 », via un ascenseur privé.

Salle de fitness
Salle de fitness

Enfin, le centre comprend une très grande salle de fitness, très lumineuse avec ses baies vitrées donnant sur la mer, où sont disposées des dizaines de machines (cardiotraining, musculation...) On trouve aussi une grande pièce accueillant les cours donnés par des professeurs de sport. L'équipe sportive veille en permanence, expliquant aux passagers le fonctionnement des machines ou prodiguant ses conseils. L'accès à la salle de fitness, ouverte toute la journée, est gratuite. Seuls les cours avec les professeurs sont payants.

Le Carnival Dream
Le Carnival Dream

Conclusion : Une très belle nouveauté

Pour conclure, nous avons été très agréablement surpris par ce nouveau paquebot. Annoncé comme un « Super-Liberty », nous nous attendions simplement à trouver une version plus grande des Carnival Freedom et Carnival Splendor. Mais, clairement, des efforts importants ont été réalisés pour faire évoluer et moderniser le concept, sans pour autant désorienter ses clients fidèles, qui retrouvent les grands classiques de la compagnie. Avec 30 ans d'expérience dans l'industrie de la croisière, Carnival a encore amélioré un produit qui était déjà très efficace. Au niveau structurel, la vraie avancée est l'introduction de la « Lower Dream Street », qui longe le restaurant central et évite les ruptures de flux au pont 4. La décoration des espaces intérieurs est sensiblement moins clinquante que sur les unités antérieures, bien que toujours surprenante et dépaysante (à l'exception du buffet). La qualité de finition des locaux publics est, par ailleurs, manifestement supérieure à celle du Splendor. Le nouveau look des ponts piscines et du Spa sont très réussis, tout comme le nouvel espace « Serenity ». La réappropriation du pont promenade, avec ses bains à remous et son extension sur tout le tour du bateau est une excellente chose. Cela permet, notamment, de réduire l'affluence autour des piscines des niveaux supérieurs. Avec près de 350 cabines supplémentaires par rapport aux Liberty (dont les familiales) et à peine 15.000 tonneaux de jauge en plus, il est en effet à craindre que, lorsque le navire est à pleine capacité, il y ait un peu foule autour des piscines...
Côté nourriture, les standards de Carnival, sont respectés. A bord, on mange bien et le choix est important. Rien à dire au niveau du service, avec un personnel (1367 membres d'équipage) toujours aussi souriant et compétent. Quant à l'ambiance, elle demeure très « croisière américaine », c'est-à-dire bon enfant et absolument pas guindée.

Le Carnival Dream
Le Carnival Dream

Le programme de la saison inaugurale

Après sa livraison le 21 septembre 2009 et une série de croisières en Méditerranée, le Carnival Dream est arrivé le 12 novembre aux Etats-Unis. Baptisé à New York, il a ensuite rejoint sa « base » de Port Canaveral (Orlando). De là, il propose des croisières de 8 jours et 7 nuits dans les Caraïbes occidentales. Après avoir appareillé et passé la journée du lendemain en mer, le bateau arrive au troisième jour à Cozumel (Mexique). Il fait ensuite escale à Roatan Island (Honduras) puis met le cap vers le Belize, avant de relâcher à Costa Maya, au Mexique. Après une ultime journée en mer, il rentre à Port Canaveral. Ce programme sera proposé tout l'hiver, les prix débutant actuellement à 670 euros (hors acheminement).
__________________________________________________

- PLUS D'INFORMATIONS SUR LE SITE D'ECHOS DU LARGE, AGENT EN FRANCE DE CCL

Le Carnival Dream
Le Carnival Dream

© Crédits photos de cet article : MER ET MARINE, FINCANTIERI, CCL

Carnival Cruise | Toute l'actualité de la compagnie de croisière