Marine Marchande
Reportage : A bord du Piana, nouveau navire amiral de La Méridionale

Actualité

Reportage : A bord du Piana, nouveau navire amiral de La Méridionale

Marine Marchande

Dans le port de Marseille, il y a un nouveau venu. Un navire bleu et blanc amarré au terminal du quai d'Arenc. Il était attendu depuis plusieurs mois et il est arrivé pour Noël. « Cela faisait 18 ans que nous n'avions pas construit de navire, depuis le Kalliste en 1993 », se souvient Marc Reverchon, directeur de la Compagnie Méridionale de Navigation.
Dans le soir venteux de Marseille, le Piana, nouveau navire amiral de La Méridionale, construit par les chantiers croates de Brodosplit, franchit les passes étroites du bassin de La Joliette. Cap sur Porquerolles, puis sur le Cap Corse et enfin Bastia, « son » port, celui qu'il dessert depuis peu et dont le nom est inscrit sur la coque. C'est dans le port de Haute-Corse que le Piana a été béni mardi.

Le Piana à quai (© : LA MERIDIONALE)
Le Piana à quai (© : LA MERIDIONALE)

Un navire aux couleurs corses

Et cela ne pouvait en être autrement, pour un navire si fièrement corse. Dès sa montée à bord, le passager est déjà sur l'île de Beauté. Certes, il y a le menu des différents restaurants sur lesquels figurent des spécialités corses. Mais le souci du détail va beaucoup plus loin. À commencer par le nom du navire, celui de l'un des plus beaux villages de Corse, classé par l'Unesco, qui surplombe le golfe de Porto face aux presqu'îles de Senino et de Scandola. Il y a ensuite tout un travail sur les couleurs du navire, choisis par l'architecte d'intérieur Bruno Saint-Dizier, pour rappeler les ambiances de la nature corse. Les 200 cabines, 150 à 4 lits et 50 avec un grand lit, sont réparties en quatre zones, inspirées de la flore corse : la zone jaune « genêt corse », la zone bleue « ancolie de Bernardi, la zone pourpre « crocus corse » et la zone verte « euphorbe de Cupani ». Et la décoration de chacune des cabines rappelle la fleur à laquelle elle est associée.

Cabine du Piana   (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
Cabine du Piana (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Cabine du Piana   (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
Cabine du Piana (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Cabine du Piana   (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
Cabine du Piana (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Les différents espaces de restauration portent également des noms rendant hommage à l'île de Beauté. Ainsi, au centre du navire, un espace de restauration de 400 places se module, en fonction de la saison et des circonstances, entre le Piana, un restaurant à la carte et le Palombaggia, un self-service. Juste au dessus, le bar Le Figuier offre une capacité de 450 places et tout en haut, un autre espace bar, baptisé l'Arbousier, dispose de 150 places avec une vue panoramique. La moquette est épaisse, l'ambiance est feutrée, « la traversée zen, c'est notre devise et c'est ce que nous voulons offrir à nos passagers », souligne Marc Reverchon.

 (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
(© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
(© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
(© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
(© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Un investissement de 150 millions d'euros

A la passerelle, le commandant Christophe Chabillon s'apprête à redonner la manoeuvre à son officier de quart. Le Piana quitte les passes de Marseille, il est en route libre et parti pour une nuit de navigation. 21 noeuds, la vitesse commerciale du navire, qui peut, en cas de besoin, monter à 24 noeuds. « Il faut pouvoir tenir nos horaires, c'est extrêmement important pour nos clients fret, qui doivent être au port au matin pour pouvoir prendre la route », explique un des responsables de l'armement, « nos horaires sont prévus d'abord pour leurs besoins, le transport de fret c'est notre clientèle historique ».

 (© : LA MERIDIONALE - GILLES MARTIN-RAGET)
(© : LA MERIDIONALE - GILLES MARTIN-RAGET)

 (© : LA MERIDIONALE - GILLES MARTIN-RAGET)
(© : LA MERIDIONALE - GILLES MARTIN-RAGET)

Une histoire qui remonte au début des années 30 et à l'histoire de deux armateurs marseillais, messieurs Rousset et Rastit, tous deux mariés à des dames corses et qui fondent la Compagnie Méridionale de Navigation. En 1936, ils se spécialisent dans la desserte en fret de la Corse. Et depuis, cela dure. En 1976, avec la mise en place du principe de la continuité territoriale, l'armement décroche sa première délégation de service public, conjointement avec la SNCM, pour la desserte des ports de Corse au départ de Marseille. En 1988, une petite révolution culturelle s'opère avec l'arrivée des premiers navires mixtes fret/passagers. « C'est comme cela que nous avons commencé, d'abord très modestement, a transporter des passagers », se souvient Marc Reverchon. En 1992, le groupe de logistique STEF rachète La Méridionale, puis en devient l'unique actionnaire en 2009. Un actionnaire qui croit dans sa branche maritime. Francis Lemor, patron du groupe qui emploie plus de 15.000 employés, regarde avec attention sa filiale et apprécie visiblement d'être à bord de son nouveau navire amiral, qui a pu être financé en grande partie grâce à l'apport de l'actionnaire (cumulé à l'apport en propre de La Méridionale, le navire a été auto-financé à hauteur de 40%). « Construire un navire qui représente un investissement de 150 millions d'euros, c'est un engagement pour l'avenir, surtout dans ces temps difficiles, mais nous y croyons », souligne le patron de STEF.

 Francis Lemor, président du groupe Stef (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
Francis Lemor, président du groupe Stef (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Un navire mixte, taillé pour sa ligne

Quatrième navire de la flotte de la Méridionale, aux côtés du Kalliste, du Girolata et du Scandola - actuellement à quai et en attente d'être vendu -, le Piana est désormais le plus grand navire mixte naviguant entre le continent et la Corse. « Construire un navire pour ces lignes, c'est jouer avec des contraintes. 180 mètres c'est la longueur maximale pour emprunter la passe sud des bassins de la Joliette, alors pour augmenter sa capacité, il a fallu jouer sur la largeur, ce qui donne cette silhouette assez inédite du Piana », explique Philippe François, le directeur d'armement. Celle-ci a été portée à 30.5 mètres, ce qui permet d'offrir un linéaire de fret de 2500 mètres, soit environ 180 remorques. 200 voitures peuvent être embarquées sur un pont dédié. « Nous avons voulu simplifier la manoeuvre pour nos clients routiers, alors nous avons enlevé le maximum de piliers dans les ponts garage, ce qui permet à un ensemble (camion, ndlr) de faire demi-tour dans le pont garage ». Une centaine de prises frigo ont également été installées.

 Le pont garage (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
Le pont garage (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 La rampe (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
La rampe (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 La passerelle (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
La passerelle (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 La passerelle (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
La passerelle (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 La passerelle (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
La passerelle (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Côté motorisation, les contraintes méditerranéennes ont également joué. Le navire dispose d'une propulsion de 50.000 chevaux, grâce à quatre moteurs Wärtsilä 8L46F-CR couplés à deux lignes d'arbres et deux hélices à pales orientables. Le Piana dispose également de deux propulseurs d'étrave de 3800kW. « Dans le cahier des charges, nous avions dit qu'il nous fallait une propulsion capable d'assurer la manoeuvre du navire jusqu'à 40 noeuds de vent, ce qui est fréquent, notamment devant le port de Bastia ».

 (© : LA MERIDIONALE)
(© : LA MERIDIONALE)

Un effort particulier sur les performances environnementales

A côté de ces attributs classiques, le Piana est également un laboratoire d'innovations, notamment en matière environnementale puisque La Méridionale a choisi de remplir les critères permettant son classement de « Navire propre ». Cette démarche volontaire impose le respect de critères environnementaux rigoureux, notamment pour le contrôle et la réduction des émissions polluantes dans la mer et dans l'air, vérifiés par le Bureau Veritas. La Méridionale a également décroché, en 2009, une certification ISO 14001 pour son système de management environnemental, qu'elle est actuellement la seule à détenir en Méditerranée.

 (© : LA MERIDIONALE - GILLES MARTIN-RAGET)
(© : LA MERIDIONALE - GILLES MARTIN-RAGET)

 (© : LA MERIDIONALE - GILLES MARTIN-RAGET)
(© : LA MERIDIONALE - GILLES MARTIN-RAGET)

Ainsi, le navire est déjà pré-équipé pour le cold ironing, l'alimentation par le courant à quai, qui commence à équiper les ports européens. Il dispose également d'un système de traitement des eaux de ballast Hyde Marine, capable de retraiter 300m3/heure. « Nous avons également choisi des spécifications techniques inédites ». Dessins d'hélice et de carène optimisés, un revêtement de coque à base de silicone, sans produit biocide toxique, des systèmes de récupération de l'énergie thermique et électrique ainsi que des équipements générant des taux de rejets de gaz d'échappement en avance sur les réglementations en vigueur, puisque conformes au Tier 2 de la convention Marpol. Les moteurs sont équipés d'un système d'injection électronique, sorte de « common rail » naval, permettant un rendement optimum à toutes les allures. En outre, le Piana va prochainement recevoir un prototype d'analyseur de combustible, qui devrait permettre d'optimiser la combustion en fonction de la qualité du fuel de propulsion.
Enfin, le navire dispose du système REPCET d'information de partage des observations de cétacés. Celui-ci permet, quand la passerelle voit un cétacé, d'établir un message d'observation transmis par satellite et transféré à tous les navires de la zone.

Un navire très attendu par la Corse

Le port de Bastia attend son navire, ce matin. Sous le barnum se presse tout le milieu économique et politique corse, venu découvrir ce nouvel élément de l'indispensable cordon ombilical reliant l'île au continent. Sous les yeux d'Anne-Charlotte de Lambilly, épouse de Robert de Lambilly, président de La Méridionale, et marraine du Piana, les élus se succèdent pour souhaiter la bienvenue au navire. Et veulent tous y voir un signe positif dans l'actuel trouble jeté par l'arrêt prématuré, fin septembre 2012, de la délégation de service public reliant Marseille aux ports corses, annulée par la Cour administrative d'appel de Marseille en novembre dernier.
Celle-ci inclut sept navires mixtes, quatre de la SNCM et trois de La Méridionale, qui opéreront donc la ligne jusqu'en septembre, soit un an avant la fin normale du contrat de délégation se service public remis en cause par la justice. Ce qu'il se passera après, on ne le sait pas encore. L'office des transports corse planche actuellement sur un schéma des besoins de logistique maritime de l'île, qui devrait être soumis à l'Assemblée de Corse à la fin du mois de février. Celle-ci devra définir le contenu du cahier des charges de l'appel d'offres pour la nouvelle mouture de la DSP.
Sur ce point et sur la candidature de La Méridionale, Francis Lemor est très clair : « Nous sommes pour le respect de la parole donnée et nous avons un accord avec la SNCM. Nous répondrons donc, comme nous l'avons fait auparavant, avec la SNCM de manière conjointe et non solidaire au prochain appel d'offres ». Et les premiers contacts avec Transdev, qui pourrait succéder à Veolia Transport dans l'actionnariat de la SNCM, « laissent à penser que l'accord sera également respecté de leur côté ».
Alors, sur le quai, en attendant de savoir ce qu'il va se passer dans les prochains mois, l'heure est à la fête en ce 31 janvier. L'évêque de Corse bénit le navire, la bouteille de champagne est cassée, bon vent et bonne mer au Piana. Le vent s'est levé, le navire remet le cap vers le continent, bravant la mer courte que le Mistral aime faire lever par ici.

 (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
(© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
(© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
(© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

La Méridionale | Actualité de la compagnie de transport