Défense
Reportage : En mer à bord du patrouilleur L'Adroit

Reportage

Reportage : En mer à bord du patrouilleur L'Adroit

Défense

Nous vous emmenons aujourd'hui à la découverte du dernier-né de DCNS, prototype de la gamme de patrouilleurs et corvettes de la famille Gowind. Nous avons eu l'opportunité d'embarquer sur ce navire et d'effectuer une navigation à bord, au large des côtes bretonnes. L'occasion d'apprécier ses caractéristiques et les innovations qui caractérisent ce nouveau patrouilleur.

L'Adroit à Brest  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
L'Adroit à Brest (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'Adroit à Brest  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
L'Adroit à Brest (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Dans la base navale de Brest, par ce petit matin précurseur d'une magnifique journée de septembre, on distingue au quai des flottilles une imposante silhouette. La tôle, flambante neuve, commence à se colorer des rayons du soleil levant, qui se mêlent à l'éclairage des lampadaires bordant le quai. En voyant l'OPV (Offshore Patrol Vessel), la première chose qui frappe est sa taille. Non sa longueur, qui n'est « que » de 87 mètres, soit environ celle d'un aviso du type A69, mais surtout sa hauteur et sa largeur. D'ailleurs, à Brest, L'Adroit s'est retrouvé durant le forum des garde-côtes de l'Atlantique nord à couple du Latouche Tréville. Et, vu de l'arrière, l'OPV ne dépareillait pas par rapport à la frégate anti-sous-marine, large également d'une quinzaine de mètres, mais beaucoup plus longue (139 mètres). Cette image permet également d'apprécier les mensurations des superstructures, avec une passerelle très haute pour un bâtiment de ce type.

L'Adroit à couple du Latouche-Tréville  (© : DCNS)
L'Adroit à couple du Latouche-Tréville (© : DCNS)

Un bateau imposant

Cette configuration est voulue car, avec les nouveaux patrouilleurs, l'objectif n'est pas de se cacher au ras de l'eau mais bien de dominer la surface pour bénéficier d'une meilleure visibilité. La sortie de la base navale de Brest permet d'apprécier le nouveau genre de passerelle dont est doté L'Adroit. Véritable perchoir, la vaste timonerie, qui s'étale sur 120 m², offre une vue à 360 degrés. Et il est possible de se déplacer tout autour, grâce à une passerelle extérieure. « La vue est vraiment excellente et le champ de vision bien meilleur que sur les bateaux traditionnels, dont les passerelles ne sont pas aussi hautes au dessus de la mer », confie un marin.

Passerelle de L'Adroit  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Passerelle de L'Adroit (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Passerelle de L'Adroit  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Passerelle de L'Adroit (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Passerelle de L'Adroit  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Passerelle de L'Adroit (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Passerelle de L'Adroit  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Passerelle de L'Adroit (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Passerelle de L'Adroit  (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Passerelle de L'Adroit (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Ce dernier fait partie du futur équipage du bâtiment. Mais, pour l'instant, il n'est là qu'en qualité d'observateur. L'Adroit appartient en effet à DCNS, qui l'a réalisé sur fonds propres, dans le cadre du programme Hermès, afin de disposer d'un prototype pour sa nouvelle gamme Gowind. « Il est toujours difficile de vendre un bâtiment qui n'existe pas. C'est pourquoi nous avons décidé de financer la réalisation d'un premier OPV afin que nous puissions l'éprouver à la mer et le présenter à des clients potentiels. Hermès va être mis à disposition de la Marine nationale, qui l'utilisera durant troi

Naval Group | Actualité industrie navale de défense