Défense
Reportage : Une chasse au sous-marin sur la frégate Latouche-Tréville 2/2

Actualité

Reportage : Une chasse au sous-marin sur la frégate Latouche-Tréville 2/2

Défense

(SUITE DE LA PREMIERE PARTIE) En milieu de matinée, le sous-marin est donc retrouvé. Alors qu'à une dizaine de nautiques, on aperçoit l'hélicoptère prendre ses stations sonar. A la passerelle supérieure de la frégate, les veilleurs sont aux aguets. Jumelles en main, le quartier maître Wolf observe attentivement la surface de l'eau : « On cherche à avoir un contact visuel. A quelques nautiques, ont peut en effet repérer un périscope. Cela dépend de la météo, la visibilité étant moins bonne si la mer est agitée ». Aussi surprenant que cela puisse paraître pour un néophyte, un sous-marin, même nucléaire, vient régulièrement à l'immersion périscopique en phase finale d'attaque. Ses moyens de détection, uniquement passifs, ne lui donnent qu'une estimation de la distance du but. Certaines armes, comme les missiles à changement de milieu, peuvent par ailleurs nécessiter un recalage avant d'être tirés. A la charge donc des veilleurs en passerelle de l'hélicoptère ou de l'avion de patrouille maritime, de repérer le périscope, y compris la nuit, grâce à des jumelles de vision nocturne . « C'est loin d'être évident car les périscopes d'attaque sont généralement très fins, donc difficilement visibles. Quand la mer est formée, ils se fondent dans les vagues et l'écume ».
S'il remonte en surface, le sous-marin pourra aussi être détecté s'il utilise son radar pour localiser les contacts en surface. Dans ce cas, les moyens de guerre électronique de la frégate pourront le repérer. De même, grâce à leurs intercepteurs radio, les bâtiments de surface chercheront également à le surprendre lorsqu'il reviendra à l'immersion périscopique pour récupérer ou transmettre de messages.

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Mât optronique d'un sous-marin (© : DCNS)
Mât optronique d'un sous-marin (© : DCNS)

Gagner n'est pas forcément couler

Détecté, classifié et harcelé par la frégate, l'aviso, le Lynx et les Atlantique 2, le SNA échouera finalement dans sa mission. « Depuis tro

Marine nationale