Vie Portuaire
Reprise du travail sur le port de Marseille après 18 jours de grève

Actualité

Reprise du travail sur le port de Marseille après 18 jours de grève

Vie Portuaire

Le blocus des terminaux hydrocarbures de Fos-sur-Mer et Lavera a cessé samedi, après 18 jours de grève des agents du port. Alors que la situation devenait critique, avec des raffineries prêtes à s'arrêter et des risques de pénurie d'essence, un accord a finalement été trouvé vendredi entre la direction du port autonome de Marseille et la CGT. Après le plus important mouvement social de ces quinze dernières années, le syndicat a obtenu que cinq postes soient réservés aux personnels du port sur le futur terminal méthanier de Fos-Cavaou. Initialement, les grévistes réclamaient de pouvoir assurer le branchement, le débranchement et l'entretien des bras de l'infrastructure. Gaz de France avait catégoriquement refusé, pour des raisons de sécurité et de responsabilité juridique. Devant l'enlisement du conflit, le groupe a néanmoins fait une petite concession, en l'occurrence ces cinq postes symboliques.

Deux semaines pour traiter les 60 navires sur rade

Conscients qu'ils n'obtiendraient pas plus, les salariés du port (entre 5.81% et 9.35% de grévistes entre le 23 et le 28 mars), ont décidé de reprendre le travail samedi. Le déchargement de la soixantaine de navires bloqués sur rade par le blocus pourrait prendre jusqu'à deux semaines. Vendredi, quelques 39 pétroliers et 18 chimiquiers étaient en attente. Pour le PAM, la grève se termine donc mais ce nouveau conflit social pourrait avoir des répercussions sur les projets d'investissements des opérateurs et compagnies maritimes, lassés par l'image d'un port contestataire. La grève a, en outre, coûté très cher, tant aux industries pétrolières qu'aux armements, pour lesquels l'immobilisation des navires a coûté plusieurs millions d'euros. Premier port de France et second port européen pour les produits pétroliers, Marseille-Fos a traité, l'année dernière, plus de 64 millions de tonnes d'hydrocarbures (100 millions de tonnes au total). Ses projets de développement doivent lui permettre d'augmenter son trafic de 25% dans les cinq années à venir et de créer 7000 emplois régionaux supplémentaires. 9000 personnes participent directement à l'activité portuaire dont les 1500 agents du PAM. En outre, 40 000 emplois régionaux dépendent du port.

Port de Marseille