Défense
Retour à Brest du Lapérouse après 3 mois de mission hydrographique

Actualité

Retour à Brest du Lapérouse après 3 mois de mission hydrographique

Défense

Le Bâtiment Hydrographique (BH) Lapérouse est rentré hier matin à Brest, au terme d'une mission de trois mois au large des côtes africaines. Comme ses deux sisterships, le Lapérouse est employé pour des travaux au profit du Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM). Les BH ont pour mission de faire un « état zéro » des chenaux d'accès aux ports, afin d'obtenir une cartographie précise des fonds et des obstacles qui s'y cachent. Ils participent ainsi à la surveillance des fonds marins et à la fonction stratégique « Anticipation ». Habitués à sillonner les côtes françaises, les BH sont souvent déployés à l'étranger, dans le cadre d'accord de coopération. Ainsi, le Lapérouse a effectué des travaux hydrographiques à San Pedro, Sassandra, Abidjan, Lomé, Malabo, Cotonou, et Casablanca.
La première escale à Dakar, était technique et a permis la signature d'un arrangement administratif entre la France et le Sénégal sur l'hydrographie et la cartographie marine. La mission du bâtiment est principalement scientifique mais ces navires restent des bateaux militaires. Ainsi lors de ces déploiements les BH peuvent être confrontés à des situations sensibles : rencontrer des pirates, répondre à des menaces terroristes, assurer une évacuation de ressortissants ou, encore, assurer le sauvetage de marins en détresse. Ce fut le cas le jeudi 19 mars, alors que le Lapérouse se trouvait en travaux hydrographiques sur le plateau d'Escobar. Il a réalisé le remorquage du caboteur Rosalina, immobilisé suite à une avarie de sa ligne d'arbre, et l'a amené en sécurité aux abords de Principe.

Remorquage du Rosalina (© MARINE NATIONALE)
Remorquage du Rosalina (© MARINE NATIONALE)

Marine nationale