Marine Marchande
Retraites : La réforme du régime des marins inévitable?

Actualité

Retraites : La réforme du régime des marins inévitable?

Marine Marchande

Nicolas Sarkozy a indiqué, en début de semaine, qu'il ferait part de sa décision concernant l'avenir des régimes spéciaux de retraite le 18 septembre. Outre les personnels des grands groupes publics, comme la SNCF, la RATP, EDF et GDF, sont également concernés des professions particulières, comme celle de marin. Ceux-ci, qu'ils soient à la pêche ou au commerce, sont aujourd'hui affiliés à l'Etablissement National des Invalides de la Marine. Plus ancien système de protection sociale français, l'ENIM est gravement déficitaire, subissant le contrecoup de la baisse du nombre de navigants. On ne compte aujourd'hui que 40.000 actifs pour 120.000 pensionnés. Lors de la campagne électorale, Nicolas Sarkozy avait évoqué une possible séparation entre la protection des marins au commerce et ceux travaillant à la pêche : « Si certains régimes spéciaux sont aujourd'hui discutables et mériteraient, compte tenu de l'évolution des métiers concernés, d'être alignés sur le régime général, ce n'est pas le cas de la pêche dont la pénibilité et l'accidentologie demeurent extrêmes et infiniment supérieures aux autres. Comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire aux professionnels, je souhaite que les spécificités du régime de l'ENIM soient conservées chaque fois qu'elles sont justifiées. Je pense que c'est le cas du régime des pêcheurs » (*).

Les syndicats plaident pour la pénibilité, la dangerosité et l'éloignement

Du côté des syndicats de marins, la perspective d'une réforme et d'une éventuelle coupure avec les pêcheurs est rejetée : « Le Président de la République ne pourra pas diviser les navigants de la pêche et du commerce, la mer est notre lieu commun de travail et l'ENIM notre lien social. Les régimes particuliers, et notamment l'ENIM, ne sont pas une injustice sociale, mais une évidence, une juste reconnaissance d'un métier qui demeure pénible et dangereux. A l'instar de la pêche, une retraite accordée à 55 ans, lorsque l'on navigue depuis l'âge de 16 ans, n'est pas une injustice sociale ! », explique notamment l'Union Fédérale Maritime CFDT. Le syndicat rappelle donc la pénibilité et la dangerosité du métier de marin, ainsi que le phénomène de l'éloignement, les navigations au long cours ou à l'offshore imposant aux équipages de rester plusieurs mois loin de leurs familles. L'UFM CFDT met enfin en avant une espérance de vie jugée plus faible et qui justifie, selon elle, un départ en retraite à 55 ans : « Beaucoup disparaissent avant de mettre le sac à terre frappés par des accidents du travail, des suicides où sont victimes de maladies professionnelles dont certaines ne sont pas reconnues comme telles (TMS ou vibrations) ».
_______________________________________________

- Entretien de Nicolas Sarkozy de mars 2007

Social