Divers
Retraites : les marins devraient conserver leurs conditions actuelles

Actualité

Retraites : les marins devraient conserver leurs conditions actuelles

Divers

Les représentants de l’ensemble des syndicats salariés et professionnels des filières maritimes (navigants, portuaires, pêche, conchyliculture…) ont été reçus au ministère de la Santé jeudi après-midi au sujet de la réforme des retraites. En face d’eux, des représentants du ministère des Transports, de la direction des Affaires maritimes venus expliquer l’application du projet gouvernemental au régime spécial des gens de mer.

Premier point sur lequel les syndicats s’étaient largement mobilisés : l’âge d’ouverture des droits à la retraite à 55 ans. « Le principe est conservé », expliquent Jean-Paul Corbel et Delphine de Franco de la CFDT, « on pourra toujours partir à 55 ans avec 15 ans de service maritime. Le principe de la proportionnalité sera ensuite appliqué aux années supplémentaires travaillées à partir de cet âge ». Deuxième point, la préservation du système catégoriel actuel de l’ENIM. « La pension sera calculée sur les points acquis sur la base du salaire forfaitaire ».

« Globalement, les conditions du régime actuel sont transposées dans le système de régime universel et les niveaux de pension devraient rester identiques ». Les marins nés avant le 31 décembre 1981 ne verront aucun changement et conserveront le régime actuel. Ceux nés entre le 1er janvier 1982 et le 31 décembre 2003 passeront dans le régime universel en 2025. Ceux nés après le 1er janvier 2004 entreront directement dans le régime universel.

« Cela va dans le bon sens. Nous allons désormais rester vigilants jusqu’à la présentation des simulations qui doivent être faites avant le 15 janvier. Et dans les ordonnances qui viendront appliquer aux marins les dispositions de la loi ». Au Havre, les marins du Cap Finistère de Brittany Ferries ont immobilisé leur navire pendant 24 heures de mercredi à jeudi soir pour marquer leur inquiétude quant à l’issue des négociations. « Nous avons soutenu ce mouvement comme tous ceux qui traduisent les inquiétudes des gens de mer », précise Jean-Paul Corbel.