Défense
Rigel : Un bâtiment indonésien made in France

Actualités

Rigel : Un bâtiment indonésien made in France

Défense

Danse et musique traditionnelles de l’Indonésie, cérémonie militaire et prise de commandement devant les hautes autorités de ce pays… Le port des Sables d’Olonne a connu le 11 mars un évènement exceptionnel, à l’occasion de la livraison par le chantier Ocea du Rigel (voir reportage photo en fin d'article). Ou, pour être exact, du KRI Rigel, le « KRI » étant l’acronyme signifiant « navire de la république indonésienne ». Il s’agit du premier d’une série de deux bâtiments hydro-océanographiques (BHO) dont la commande a été signée en août 2012.

 

La cérémonie de livraison (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La cérémonie de livraison (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Un très beau contrat pour le chantier vendéen, qui faisait face, suite à l’appel d’offres lancé l’année précédente, à huit concurrents, soit trois Coréens, trois Français, un Allemand et un Néerlandais. L’affaire s’est jouée en finale entre deux chantiers asiatiques et Ocea, qui a donc décroché la commande avec une proposition originale basée sur un navire entièrement réalisé en aluminium. L’offre du constructeur vendéen, qui s'est une nouvelle fois illustré sur un marché extrêmement compétitif où la France n'avait jamais percé jusque là, était accompagnée d’un financement en crédit export, dont la négociation entre la banque et le ministère des Finances a abouti à l’entrée en vigueur du contrat en octobre 2013.

 

Le KRI Rigel (© : OCEA)

Le KRI Rigel (© : OCEA)

 

Le plus grand BHO en aluminium du monde

Réalisé en 17 mois dans le nouveau chantier d'Ocea aux Sables d'Olonne, le KRI Rigel, qui prend le nom de l’une des sept étoiles formant la constellation d’Orion, devient le plus grand navire hydro-océanographique du monde construit en aluminium, spécialité d’Ocea. Du type OSV 190 SC-WB, il mesure 60.1 mètres de long pour une largeur de 11.5 mètres et un tirant d’eau de 3.5 mètres. Capable d'accueillir jusqu’à 51 personnes, dont 40 membres d’équipage, son autonomie est de trois semaines.

Destiné à améliorer la connaissance des fonds marins

OCEA | Toute l'actualité du constructeur naval français