Science et Environnement
Rio : La baie de Guanabara dépolluée grâce aux satellites

Fil info

Rio : La baie de Guanabara dépolluée grâce aux satellites

Science et Environnement

Dans moins de deux semaines, les Jeux Olympiques de Rio seront lancés dans l’une des plus belles baies du monde. Belle certes mais également très polluée. Des milliers de déchets jonchaient les eaux où se dérouleront une dizaine d’épreuves. Depuis plus d’un an, les autorités locales ont fait appel au groupe CLS, au travers de sa filiale brésilienne PROOCEANO pour optimiser la collecte de déchets de la baie de Guanabara. Une dizaine de bateaux de collecte a été équipé de balise de localisation et des prévisions de dérive des déchets sont envoyées régulièrement directement à bord des bateaux pour les guider vers les amas de détritus les plus importants. Une première étape qui a permis de collecter en moyenne 30 tonnes de déchets par semaine, lors des tests qui ont débuté en 2015, date à laquelle le service de CLS a débuté. 

 

 

Forte de 30 ans d’expertise, en localisation, collecte de données et observation des océans par satellite, CLS utilise ses compétences pour modéliser et donc prévoir la dérive des déchets dans la baie de Guanabara en fonction du courant, des marées et du vent. L’entreprise a également équipé 10 bateaux, collecteurs de déchets, de systèmes de localisation par satellite, une localisation qui complète la flotte de 80 000 mobiles suivis par l’entreprise au travers du monde. Les opérateurs en mers peuvent ainsi collecter le plus efficacement possible les déchets en fonction de leurs positions. Le groupe CLS cartographie ensuite la position des bateaux, leurs aires d’intervention et la prévision de présence de déchets sur un site web destiné aux opérateurs de propreté. Les opérateurs à terre peuvent ainsi orienter les bateaux vers les décharges les plus proches pour décharger leurs cargaisons. Un système efficace qui a permis d’augmenter la collecte des déchets même si l’état des eaux n’est pas encore parfait.

CLS, filiale du CNES, d’ARDIAN et d’IFREMER, emploie 600 salariés, œuvre dans 5 secteurs d’activités stratégiques : la gestion durable des ressources marines, la surveillance environnementale, la sécurité maritime, le support aux opérations pétrolières onshore et offshore ainsi que le suivi du transport terrestre. L’entreprise fournit des services satellitaires basés sur la localisation et la collecte de données environnementales (80.000 balises traitées chaque mois, bouées dérivantes, animaux, flottes de pêche et de commerce, etc.), l’observation des océans et des eaux continentales (plus de 20 instruments livrent quotidiennement des informations à CLS sur les mers et océans du globe), la surveillance des activités terrestres et maritimes (Près de 10 000 images radar sont traitées chaque année par CLS) et la géolocalisation de mobiles terrestres (50 000 véhicules ont été suivis par Novacom Services, filiale du Groupe CLS en 2015). Le Groupe CLS a réalisé plus de 108 millions d’euros de chiffre d'affaires en 2015 et prévoit de le porter à plus de 120 millions en 2016. En forte croissance ces dernières années, le groupe s'est fixé des objectifs ambitieux grâce à l'ouverture de nouveaux marchés.

Communiqué de CLS, 25/07/16

 

Mer, espace et satellites