Divers
Rita : La côte texane vidée de ses habitants

Actualité

Rita : La côte texane vidée de ses habitants

Divers

Des centaines de kilomètres de bouchons, des files ininterrompues de véhicules fuyant vers le nord. Hier, il fallait 20 heures pour rejoindre Dallas depuis Galvestone, contre 3 heures habituellement. Devant la masse destructrice de Rita, près d’un million et demi de texans sont en cours d’évacuation. L’ouragan devrait s’abattre sur la côte la nuit prochaine. Les villes de Corpus Christi et Galvestone sont désertes. Cette dernière, qui avait essuyé un cyclone dévastateur en 1900, pourrait une nouvelle fois être rayée de la carte. Les simulateurs des météorologues montrent en effet que l’île lagunaire de Galvestone risque d’être totalement submergée par la montée des eaux. Hier soir, alors qu’elle se trouvait à l’est de la Floride, Rita a légèrement perdu de sa vigueur, passant de la catégorie 5 à la catégorie 4 de l’échelle de Saffir-Simpson. Pas de quoi toutefois à rassurer les habitants. Les vents atteignent encore 240 Km/h, de quoi dresser des murs d’eau de 5 mètres de hauteur. La grande ville de Houston, située à 120 Km au nord-est, risque également de sérieux dommages si l’ouragan poursuit sa route. Tous les quartiers situés en contrebas du centre ville ont été évacués. Même chose en mer où toutes les plates-formes pétrolières ont été vidées de leur personnel.

La Louisiane menacée, Georges Bush se « prépare au pire »

Outre les côtes du Texas, la Louisiane, déjà ravagée il y a un peu plus de trois semaines par Katrina, est une fois de plus menacée. Les habitants de La Nouvelle-Orléans, tout juste de retour dans la ville, ont été contraints d’évacuer à nouveau. La cité, submergée à 80% lors du précédent ouragan, risque de nouvelles inondations. Les autorités craignent en effet que les digues, fragilisées, ne cèdent sous la pression des vagues. Un avis de tempête tropicale a été émis hier alors que le vent se levait et que les premières fortes averses tombaient dans la nuit. Dans la soirée, Rita se trouvait à moins de 700 km de Galvestone, avançant à la vitesse de 15 Km/h.
Pour faire face à ce deuxième désastre potentiel qui menace les Etats-Unis, Georges Bush est intervenu à plusieurs reprises. « Le pays, à tous les niveaux du gouvernement, se prépare au pire », a déclaré hier le chef de la Maison Blanche. Retenant les leçons de la catastrophe engendrée par Katrina, le président américain a assuré que le gouvernement fédéral avait pris toutes les mesures nécessaires. L’armée et la Garde Nationale, dotés d’équipements spécifiques (hôpitaux de campagne, vivres, médicaments, couvertures…) ont été prépositionnés dans les zones à risque. Si puissante soit elle, Rita ne devrait toutefois pas laisser un bilan humain aussi désastreux que Katrina. En effet, les populations, choquées par le drame du 29 août, ont immédiatement compris qu’il fallait fuir et pour les plus faibles ou les plus pauvres, les autorités sont intervenues. En revanche, l’ouragan pourrait donner un nouveau coup de boutoir à l’économie américaine. La région de Houston concentre à elle seule 13% des capacités de raffinage du pays.