Marine Marchande
Rokia Delmas : Fin du déchargement des conteneurs en pontée

Actualité

Rokia Delmas : Fin du déchargement des conteneurs en pontée

Marine Marchande

Pas moins de 197 conteneurs ont été débarqués, en une semaine, du pont du Rokia Delmas, échoué depuis le 24 octobre devant l'île de Ré. La grue flottante Missing Link, arrivée le 6 novembre des Pays-Bas, a déchargé 168 boites de 20 pieds et 29 conteneurs de 40 pieds. « Le déchargement des conteneurs en pontée est terminé, sauf les 15 conteneurs entreposés sous le château, ce qui élimine tout risque de chute à l'eau de conteneurs », précise la préfecture maritime de l'Atlantique. Toutefois, les conditions météorologiques devenant délicates, avec des creux de 3 à 5 mètres attendus ce week-end, le chantier est interrompu jusqu'à dimanche ou lundi. Le personnel et les barges déployées sur zone ont été rapatriés à terre ou au port. En cas de besoins, des moyens antipollution légers sont prêts à être mis en oeuvre depuis La Pallice, alors que des équipements lourds peuvent être dépêchés, à la demande, sur l'Argonaute, basé à Brest. L'Alcyon, qui avait participé au pompage des hydrocarbures, est quant à lui rentré hier matin en Bretagne. Seul le remorqueur Abeille Languedoc, qui a pris l'alerte météo, reste au large.

Encore 205 boites et une problématique cargaison de bois

En début de semaine prochaine, le chantier devrait reprendre. Il s'agit désormais, outre les quinze conteneurs logés sous le château du Rokia Delmas, d'extraire les 190 boites stockées dans la partie avant du pont 3. Si la météo est favorable, cette opération ne devrait pas prendre plus d'une semaine. En revanche, BOURBON et Smit Salvage, en charge du chantier, ainsi que la préfecture maritime, sont confrontés au casse-tête de la cargaison de ballots de bois située dans la partie milieu et arrière du pont 3. Entreposé sur 60 à 70 mètres de cale, ce bois cerclé a, en effet, été chargé sur le navire au moyen de Fenwicks, par la porte arrière. Le Rokia Delmas étant échoué sur le côté bâbord, une manoeuvre inverse, avec ouverture de la porte, est exclue, afin d'éviter que la mer ne s'engouffre dans le bateau. Plusieurs solutions sont donc à l'étude pour accéder à cette cargaison et la débarquer.