Défense
Roll-Royce jette totalement l'éponge sur le projet FREMM

Actualité

Roll-Royce jette totalement l'éponge sur le projet FREMM

Défense

Après avoir perdu le marché des turbines à gaz destinées aux frégates multi-missions, Rolls-Royce a décidé d’abandonner les autres équipements sur lesquels il s’était positionné, a-t-on appris hier auprès du motoriste britannique. Rolls était en lice pour la fourniture du truster azimutal. Ce propulseur auxiliaire rétractable, situé à l’avant du navire, doit permettre de remplacer le propulseur d’étrave et d'assurer une fonction de propulsion à très petite vitesse. L’autre marché potentiel concernait le système Rudder-Roll, un dispositif de stabilisation permettant l’abandon des traditionnels stabilisateurs, en s’appuyant sur un appareil à gouverner plus robuste (safrans). « Dans les deux cas, les spécifications ont beaucoup évolué. Il y avait un manque de place et les exigences spécifiques au programme Fremm allaient beaucoup trop loin. Nous avons constaté que développer ces systèmes impliquerait trop de coûts non récurrents. Nous n’étions donc pas compétitifs », explique un cadre de Rolls-Royce. Le système Rudder-Roll est déjà développé par le constructeur pour des applications civiles mais n’avait jamais été étudié pour une déclinaison militaire. Le marché tombera donc dans l’escarcelle d’un autre industriel. L’Allemand Blohm & Voss serait bien placé. Chez Rolls-Royce, on précise, toutefois, que ce retrait, « n’a rien à voir avec l’affaire des turbines ». Malgré un partenariat de longue date entre le Britannique et DCN, le gouvernement français a accepté, en début d’année, de signer le contrat des turbines à gaz avec le motoriste américain General Electric, allié à l’Italien Avio.
________________________________________

Voir notre article du 7 avril

Voir la fiche technique des frégates multi-missions


Naval Group | Actualité industrie navale de défense