Défense
Rolls-Royce va livrer la première MT30 du futur bâtiment de projection italien
ABONNÉS

Actualité

Rolls-Royce va livrer la première MT30 du futur bâtiment de projection italien

Défense

Le motoriste britannique Rolls-Royce a annoncé avoir achevé avec succès les essais en usine de la première des deux turbines à gaz du type MT30 destinées au futur bâtiment de projection de la marine italienne. Fabriquées par le site de Bristol, ces machines, capables de développer une puissance unitaire de 36 à 40 MW, permettront au LHD (Landing Helicopter Dock) de la Marina militare d’atteindre au moins 24 nœuds. 

 

Turbine MT30 (© : ROLLS-ROYCE)

Turbine MT30 (© : ROLLS-ROYCE) 

 

Une vitesse élevée pour un bâtiment de ce type (l’allure maximale des BPC français du type Mistral est par exemple de 19 nœuds), qui s’explique par la grande polyvalence souhaitée par la l'état-major italien pour cette plateforme appelée à remplacer en 2022 le porte-aéronefs Garibaldi, opérationnel depuis 1985.

 

Le Garibaldi (© : MARINA MILITARE)

Le Garibaldi (© : MARINA MILITARE) 

 

D’une longueur d'environ 245 mètres pour une largeur de 36 mètres et un déplacement de plus de 22.000 tonnes en charge, le futur LHD, qui sera réalisé par Fincantieri, sera conçu pour remplir une grande variété de missions. Ce sera d’abord un porte-hélicoptères d’assaut, capable de mettre en œuvre des hélicoptères de transport et de combat, ainsi que des engins de débarquement pour projeter les véhicules et troupes qu’il transportera. Le LHD doit par exemple pouvoir accueillir quelques 550 soldats, en plus de ses 450 membres d'équipage, dont un état-major embarqué  qui disposera d’installations dédiées pour conduire le cas échéant une opération interarmées et interalliés. Des ponts garages (1200 mètres linéaires) permettront quant à eux de stocker des dizaines de véhicules, dont des chars, avec en plus un vaste hangar pour les aéronefs. Celui-ci desservira le pont d’envol au moyen de deux ascenseurs, un sur chaque bord. S’y ajouteront deux monte-charges pour le matériel et les munitions. Le pont d'envol comprendra cinq spots pour des hélicoptères Merlin ou NH90 notamment. 

 

Le futur LHD en mode "humanitaire" (© : MARINA MILITARE)

Le futur LHD en mode "humanitaire" (© : MARINA MILITARE) 

 

Le bâtiment disposera, par ailleurs, d’un hôpital embarqué de 770 m² avec salles de chirurgie, de radiologie, laboratoire d’analyses médicales, dentiste... Les installations de base permettront de traiter jusqu’à 28 patients sérieusement blessés, ces capacités pouvant être augmentées en cas de besoin par l’ajout de modules médicaux complémentaires. Cette structure hospitalière est dimensionnée non seulement pour le soutien santé d’une opération militaire, mais aussi pour répondre aux besoins d’une mission d’assistance aux populations civiles, par exemple suite à une catastrophe naturelle. Dans cette perspective, le LHD italien disposera d’ailleurs d’équipements spécifiques pour délivrer de l’eau potable à terre ainsi que de l’électricité, via des conteneurs spécialisés de conversion et de distribution de courant (2000 kW).

Les moyens de détection, avec radars à faces planes de surveillance et de conduite de tir en plus d’une antenne tournante, les systèmes de communication et de guerre électronique mais aussi l’armement seront particulièrement développés et puissants. Le bâtiment disposera en effet de 16 cellules de lancement vertical pour missiles surface-air Aster (8 à l’avant, 8 à l’arrière), trois tourelles de 76mm, ainsi que de l’artillerie légère.

 

Le Garibaldi et au premier plan le Cavour (© : MARINA MILITARE)

Le Garibaldi et au premier plan le Cavour (© : MARINA MILITARE) 

 

Ce bâtiment de projection est donc clairement taillé pour pouvoir servir de navire amiral à la flotte italienne et, ainsi, constituer une plateforme complémentaire au porte-aéronefs Cavour, livré en 2009 à la flotte italienne. Long de 244 mètres et affichant un déplacement de 28.000 tonnes en charge, ce dernier a été conçu pour embarquer dans un premier temps des avions à décollage court et appontage vertical AV-8B Harrier, puis à l’avenir des F-35B. Une capacité qui n’est pour l’heure pas annoncée pour le LHD, présenté uniquement avec des hélicoptères. Toutefois, compte tenu de ses caractéristiques, le futur bâtiment pourrait ^sans doute être capable de recevoir ces avions. On ne sait pas si le LHD peut intégrer un tremplin comme le Cavour mais, y compris sans, ses installations aéronautiques devraient être suffisantes pour mettre en œuvre, au moins à minima, des F-35B. L’Italie disposerait alors d’une capacité aéronavale de base - même si un mode de décollage vertical réduirait bien sûr l’autonomie et les capacités des avions - en cas d’indisponibilité du Cavour, par exemple pendant ses périodes d'arrêt technique.

La vitesse élevée du LHD serait en tous cas bien adaptée à un emploi en tant que porte-aéronefs au sein d’un groupe aéronaval appelé à être déployé rapidement dans une zone de crise. Cette célérité sera également un atout pour d’autres missions nécessitant une intervention rapide, comme des évacuations de ressortissants ou des assistances humanitaires. En zones littorales notamment, la vitesse est enfin un atout pour contrer d’éventuelles attaques.  

A noter que la construction du LHD n’a pas encore débuté. Sa coque doit être réalisée par le chantier Fincantieri de Castellammare di Stabia, près de Naples. Elle sera ensuite transférée pour achèvement et armement vers Muggiano (Naples), l’un des deux sites du groupe italien spécialisés dans les bâtiments militaires.

 

marine italienne Rolls-Royce