Croisières et Voyages
Royal Caribbean va baser un second Quantum en Chine

Actualité

Royal Caribbean va baser un second Quantum en Chine

Croisières et Voyages

On s’en doutait puisqu’il ne faisait pas partie de la programmation 2016/2017 en Europe et aux Caraïbes. C’est désormais officiel : la compagnie américaine Royal Caribbean International a annoncé qu’elle baserait en Chine l’Ovation of the Seas. Actuellement en construction au chantier Meyer Werft de Papenburg, en Allemagne, ce navire, livrable au printemps 2016, est la troisième unité de la classe Quantum. Entré en service fin octobre, le premier de cette nouvelle classe, le Quantum of the Seas, a passé l’hiver au départ de New York pour des croisières vers les Caraïbes. Et il s’apprête à partir pour Shanghai, son nouveau port d’attache à partir du printemps. Prévu pour être opérationnel fin avril, son premier sistership, l’Anthem of the Seas, réalisera quant à la lui sa saison inaugurale au Royaume-Uni avant de partir à l’automne pour les Etats-Unis, où il restera positionné.

Cinq paquebots au départ des ports chinois en 2016

Quant à l’Ovation of the Seas, il rejoindra donc en Asie le Quantum of the Seas, plus grand paquebot exploité jusqu’ici dans la région et, surtout, le premier navire neuf basé à l’année en Chine. En faisant le choix de positionner en Chine son nouveau fleuron six mois seulement après l'avoir réceptionné, RCI avait fait un pari. Celui de lancer sur le marché chinois un bateau très innovant et proposant les standards les plus modernes de l’industrie. En somme, monter aux croisiéristes locaux qu’ils pouvaient prétendre aux meilleurs produits, tout comme les Occidentaux. Une démarche vivement appréciée sur place, où le Quantum of the Seas devrait remporter un très vif succès si l’on en croit le fort niveau de réservations.

En décidant maintenant d’y envoyer son second sistership en renfort, la compagnie américaine marque clairement à quel point elle considère comme stratégique le marché asiatique. Alors que celui-ci devrait dépasser l’Europe en nombre de passagers au cours de la prochaine décennie et devenir la seconde zone mondiale de la croisière après l’Amérique du nord, Royal Caribbean met les bouchées doubles pour devenir le principal acteur de la zone. Ainsi, en plus des Quantum of the Seas et Ovation of the Seas, deux mastodonte de 167.800 GT de jauge et 2090 cabines, la compagnie disposera également en Asie, l’an prochain, des Voyager of the Seas et Mariner of the Seas, deux unités de 138.000 GT et 1557 cabines, ainsi que du Legend of the Seas (70.000 GT, 902 cabines). Constituant la plus importante flotte jamais déployée par un armateur en Chine, ces cinq paquebots seront basés à Shanghai, Tianjin, Hong Kong et Xiamen, d’où ils proposeront des traversées de 3 à 12 nuits vers le Japon, la Corée du sud, Taïwan et le Vietnam.

Une grande traversée de repositionnement de 52 nuits

Concernant l’Ovation of the Seas, après sa livraison par Meyer Werft, il effectuera une grande croisière de repositionnement de 52 nuits qui partira de Southampton le 3 mai 2016 et arrivera fin juin à Tianjin, à environ 150 km au sud-est de Pékin, qui sera le port d’attache du navire à l’année. A Shanghai, le Quantum of the Seas sera rejoint par le Mariner of the Seas, alors que le Voyager of the Seas proposera des départs réguliers depuis le nouveau terminal croisière Kai Tak de Hong Kong. Quant au Legend of the Seas, après une série de croisières partant de Tianjin, il sera repositionné à Xiamen. On notera que la compagnie cherche actuellement un chantier chinois capable d’assurer la rénovation de ce paquebot, prévue début 2018. Cela constituerait une première dans le pays, les navires de croisière exploités dans la région passant généralement en cale sèche à Singapour.

RCCL renforce son poids dans l’économie locale

Cette initiative fait partie de la stratégie d’implantation du groupe Royal Caribbean Cruises Ltd, qui ne se contente pas de renforcer son outil naval en Chine mais veut aussi devenir un véritable acteur économique local. RCCL a d’ailleurs créé avec le voyagiste CTrip une société commune, SkySea Cruises, dédiée au marché chinois et qui exploitera à compter de cette année le Celebrity Century (71.500 Gt, 907 cabines). Dans le même temps, l’armateur, qui a besoin de personnel chinois pour servir la clientèle locale, a créé en août 2014 une formation spécifique en partenariat avec l’école maritime de Tianjin. Plus de 3000 membres d’équipage y ont déjà été formés. Royal Caribbean travaille par ailleurs sur l’implantation en Chine de centres logistiques capables d’assurer le soutien de la flotte déployée dans la région. 

Maintenir les capacités aux USA et en Europe

Ce renforcement en Chine pose néanmoins un problème concernant les capacités de la compagnie sur ses marchés traditionnels, aux Etats-Unis et en Europe. Certes, RCI prendra livraison, aux printemps 2016 et 2018, de deux nouveaux géants de la classe Oasis (227.000 GT, 2700 cabines), dont le premier, l’Harmony of the Seas, passera son premier été en Méditerranée avant de rejoindre ses deux aînés dans les Caraïbes. Mais, dans le même temps, la compagnie va aussi perdre des capacités avec le transfert en 2016 du Majesty of the Seas (74.000 GT, 1140 cabines) chez Pullmantur et du Splendour of the Seas (69.000 GT, 915 cabines) chez Thomson Cruises. Alors que d’autres mouvements ne sont pas à exclure sur les unités les plus anciennes de la flotte, il ne serait donc pas étonnant que RCI passe commande, dans l'année qui vient, d’au moins un nouveau paquebot, peut être en allongeant la série des Quantum. 

Royal Caribbean | Actualité de la compagnie de croisière