Défense
Royal Navy: Le 7ème Astute baptisé Agincourt

Actualité

Royal Navy: Le 7ème Astute baptisé Agincourt

Défense

Le ministère britannique de la défense a annoncé hier le nom du septième et dernier sous-marin nucléaire d’attaque du type Astute. Le bâtiment ne sera baptisé Ajax, comme pressenti initialement, mais Agincourt. Il s’agit du nom anglais d’Azincourt, qui fait référence à la célèbre bataille qui se déroula en Artois en octobre 1415, durant la guerre de Cent ans, et vit l’armée anglaise d’Henri V infliger une très sévère défaite aux troupes françaises.

Prévu pour être livré en 2024, le HMS Agincourt sera le sixième bâtiment de la Royal Navy à porter ce nom, parmi lesquels un cuirassé mis en service en 1913 et ferraillé en 1922.

La commande de ce bâtiment a été confirmée avec la notification, annoncée hier, d’un contrat de 1.5 milliard de livres à BAE Systems, dont le chantier de Barrow-in-Furness réalise les sous-marins britanniques. L’industriel a également signé un autre marché de 960 millions de livres dans le cadre du programme Successor, qui verra la construction de quatre nouveaux SNLE destinés à remplacer les Vanguard. La livraison de la tête de série, le futur HMS Dreadnaught, est prévue en 2030.

Quant aux nouveaux SNA, qui remplacent les Trafalgar, trois sont ont pour le moment été officiellement mis en service au sein de la flotte britannique. Il s’agit des HMS Asture (2010), HMS Ambush (2013) et HMS Artful (2016). Le HMS Audacious les rejoindra cette année. Quant aux HMS Anson et HMS Agamemnon, ils devraient rallier la Royal Navy en 2020 et 2022.

Plus grands SNA réalisés jusqu’ici en Europe, les Astute présentent une longueur de 97 mètres et un déplacement de 7800 tonnes en plongée. Capables d’atteindre la vitesse de 29 noeuds, ils sont armés par un équipage de 98 sous-mariniers et peuvent mettre en oeuvre des forces spéciales (logements pour 11 passagers). Dotés de 6 tubes de 533mm, ils embarquent jusqu'à 38 armes (torpilles Spearfish et missiles Tomahawk). Ces sous-marins sont dotés d’un nouveau système de combat développé par BAE Systems, le CCS, ainsi qu’une suite sonar fournie par Thales et comprenant notamment une antenne 2076.

 

Royal Navy BAE SYSTEMS