Défense
Royal Navy : le HMS Bristol enfin désarmé
ABONNÉS

Actualité

Royal Navy : le HMS Bristol enfin désarmé

Défense

Unique en son genre, l’ancien destroyer lance-missiles britannique HMS Bristol, lancé il y a plus de 50 ans et qui était employé depuis 29 ans comme plateforme d'instruction à quai et caserne flottante à Portsmouth, a été officiellement retiré du service le 28 octobre. Une ultime cérémonie des couleurs s’est déroulée à bord à cette occasion.

Commandé en octobre 1966 au chantier Swan Hunter, où son assemblage débuta en novembre 1967 pour une mise à l’eau intervenue en juin 1969, le HMS Bristol entra en service en mars 1973. Ce devait être initialement le prototype d’une série de huit grands bâtiments d’escorte (Type 82), spécialement conçus pour assurer la protection (surtout contre des menaces aériennes) des porte-avions lourds de 294 mètres et plus de 55.000 tonnes (classe Furious – CVA-01) dont le Royaume-Uni souhaitait se doter au début des années 60. Un projet qui devait comprendre quatre unités et fut finalement abandonné en 1966, la Royal Navy finissant par faire une croix sur les porte-avions à catapultes pour se tourner vers les petits porte-aéronefs embarquant des avions à décollage court et appontage vertical Sea Harrier. Ce qui se traduisit par la refonte en ce sens du HMS Hermes et la construction à partir de 1973, du premier des trois Invincible. De ce fait, le Bristol est resté seul en son genre, les sept autres T82 n'étant finalement pas construits. Pour assurer la défense aérienne de ses porte-aéronefs, le Royal Navy se contenta de bâtiments plus petits, en l’occurrence les destroyers du Type 42, version compacte mais améliorée du Bristol avec des capacités accrues pour la lutte anti-sous-marine et un hangar hélicoptère. Ces unités furent

Royal Navy | Actualité des forces navales britanniques