Défense
Saab : le sous-marin suédois Uppland remis à l’eau après refonte

Actualité

Saab : le sous-marin suédois Uppland remis à l’eau après refonte

Défense

Après le Gotland il y a un an, le chantier Saab Kockums de Karlskrona a remis à l’eau hier l’un de ses sisterships, l’Uppland, qui a été comme son aîné allongé dans le cadre d’une refonte à mi-vie. Ce chantier d’une durée d’un an a vu le bâtiment remis à niveau et recevoir de nombreux équipements nouveaux destinés aux futurs sous-marins suédois du type A26. Il s’agit notamment du système de propulsion anaérobie (AIP) Stirling Mk3, qui remplace le Stirling Mk2 dont disposaient le Gotland et l’Uppland depuis leur mise en service en 1996 et 1997. Cette opération a nécessité de scinder la coque. La découpe de celle-ci, outre le changement d’AIP, a aussi permis d’ajouter une petite section servant de sas destiné aux forces spéciales.

 

Le Gotland coupé en deux pendant sa refonte (© SAAB KOCKUMS)

Le Gotland coupé en deux pendant sa refonte (© SAAB KOCKUMS)

 

Plusieurs autres équipements critiques prévus pour les A26 ont été installés, comme le système de combat, les sonars ou encore les mâts optroniques qui remplacent les aériens et périscopes traditionnels. Plus de 20 systèmes embarqués sur les Gotland et Uppland seront intégrés sur les A26, la refonte à mi-vie de ces bâtiments permettant à Saab et à la marine suédoise de tester et qualifier une partie des solutions innovantes retenues pour les futurs sous-marins. Et, ainsi, de réduire les risques. « Peu de chantiers dans le monde ont le savoir-faire nécessaire pour modifier complètement un sous-marin, créant presque un nouveau bateau. Et nous sommes les seuls à avoir mené une telle opération à bien deux fois en 12 mois. Si vous tenez compte du fait que les smartphones n’existaient même pas au moment où ces bâtiments ont été lancés, à la fin des années 90, vous commencez à comprendre l’énorme saut technologique que les sous-marins ont connu durant cette période et l’importance d’une telle mise à niveau », souligne Gunnar Wieslander, patron de Saab Kockums.

 

Le Gotland juste avant sa remise à l'eau en juin 2018 (© SAAB KOCKUMS)

Le Gotland juste avant sa remise à l'eau en juin 2018 (© SAAB KOCKUMS)

 

Alors que l’industriel suédois a pour mission de relancer l’industrie navale nationale après une période sous contrôle allemand qui avait vu l’activité de Kockums se réduire de manière drastique, la modernisation des Gotland et la construction des A26 sont considérées comme stratégiques. Intimement liés, ces deux programmes ont d’ailleurs été notifiés ensemble à Saab en 2015, avec une enveloppe de 820 millions d’euros pour les deux A26 et 230 millions pour la refonte de deux des trois Gotland, avec une option (non exercée à ce jour) pour la mise à niveau du troisième bâtiment de ce type, l’Halland, opérationnel depuis 1997.

Après modernisation, les bâtiments ont vu leur longueur passer de 60 à 62 mètres pour 6.2 mètres de large et un déplacement en surface de 1580 tonnes en surface. Armés par 25 marins, ils disposent de six tubes lance-torpilles.

Pendant ce temps, les deux nouveaux A26 sont déjà en construction. Le chantier de Karlskrona a lancé la production du premier en 2015 et celle du second l’année dernière. Ils doivent normalement être livrés à la marine suédoise en 2022 et 2024.

 

Vue des futurs A26 (© SAAB KOCKUMS)

Vue des futurs A26 (© SAAB KOCKUMS)

 

En plus de ce programme national, Saab cherche à vendre son nouveau sous-marin à l’export. A cet effet, le groupe a décliné l’A26 en plusieurs modèles d’à peine 50 mètres à plus de 80 mètres répondant aux besoins des marines plutôt axées sur les opérations littorales comme celles souhaitant des bâtiments océaniques. C’est le cas par exemple aux Pays-Bas, où Saab s’est allié à Damen dans le cadre du programme d’acquisition de quatre nouveaux sous-marins pour la flotte néerlandaise.

- Voir notre article détaillé sur le programme A26

 

Saab Marine suédoise