Energies Marines

Actualité

Sabella : l'immersion de l'hydrolienne repoussée au printemps

Energies Marines

Sabella visait une nouvelle immersion de son hydrolienne D10 au large d'Ouessant à la fin de ce mois de novembre. L'opération a été reportée au début du printemps, pour cause de navire employé en Ecosse. Le développement des hydroliennes bretonnes n'est décidément pas un long fleuve tranquille. Après le retard accumulé par les hydroliennes développées par DCNS, celle de Sabella, la société quimpéroise, va devoir attendre avant de retrouver son élément. Raccordée l'année dernière à Ouessant, la turbine n'a pour l'instant pas soutenu de manière significative le réseau électrique de l'île. Visée à la fin de cet automne, l'immersion de la D10, pour deux à trois années de fonctionnement annoncé, a été reportée au début du printemps en raison de l'indisponibilité du navire ayant réalisé avec succès la dernière installation.

Quatre turbines en Ecosse

Ce même navire est actuellement occupé à poser les quatre machines de MeyGen dans le nord de l'Ecosse. Ce projet a également pris du retard et a glissé tout au long de l'automne. Ne prenant pas le risque technique et financier de programmer une pose de la machine en plein hiver, Sabella a décidé de reporter l'installation de sa machine dont le câble et l'embase sont restés sur place, au milieu du Fromveur, le puissant courant entre Ouessant et Molène. « Les conditions météorologiques favorables sont trop aléatoires au coeur de l'hiver. Le risque de mal la poser ou de l'abîmer, ajouté au coût important de la réservation de ce type de navire nous empêche de prendre un tel risque » expliquait, hier, le chef de projet pour Sabella, Jean-Christophe Allo.

Un article de la rédaction du Télégramme

Energies Marines Renouvelables