Energies Marines
Sabella reprend les activités hydroliennes de GE et se tourne vers l’hydrogène vert
ABONNÉS

Actualité

Sabella reprend les activités hydroliennes de GE et se tourne vers l’hydrogène vert

Energies Marines

Un « grand virage », un « step important ». C’est ainsi que Fanch Le Bris, directeur général de la société quimpéroise Sabella, qualifie la reprise des activités hydroliennes de l’Américain GE Renewable Energy. Annoncé lundi, l’accord a en réalité été signé le 18 janvier dernier. Il permet à Sabella de mettre la main sur 13 ans de développement d’hydroliennes, « à peu près 150 brevets et tout un tas de dossiers techniques correspondant à plusieurs séries de machines qui ont été validées en mer pendant des mois et des mois, produisant beaucoup d’électricité », précise Fanch Le Bris à Mer et Marine.

L’historique remonte à 2003 avec TGL (Tidal Generation Ltd), société britannique devenue filiale de Rolls-Royce, dont les activités ont été elles-mêmes acquises et développées par la branche énergie d'Alstom en 2013 qui avait travaillé sur l’hydrolienne Oceade, d’une puissance de 1.4 MW. Fin 2015, lors du rachat d’Alstom, General Electric avait hérité de cette activité pour l’abandonner début 2017. La quarantaine de personnes travaillant au développement des hydroliennes avait été redéployée au sein du groupe, notamment dans l’éolien offshore.

 

(© ALSTOM)

(© ALSTOM)

 

Pourquoi cette reprise quatre ans plus tard ? Dans un communiqué, Sabella explique