Energies Marines
Sabella travaille avec les Gallois et devrait réimmerger l’hydrolienne D10 cet été
ABONNÉS

Actualité

Sabella travaille avec les Gallois et devrait réimmerger l’hydrolienne D10 cet été

Energies Marines

L’hydrolienne D10 de Sabella devrait bientôt retrouver les eaux du Fromveur, à proximité de l’île d’Ouessant, pour poursuivre ses essais en vue de démontrer la viabilité de cette technologie. Elle avait dû être retirée l’automne dernier, après une surtension sur la bretelle de câble de l’hydrolienne survenue du fait des conditions de houle. Son retour a dû être différé en attendant la fin de l’hiver, puis retardé par le ralentissement de certains sous-traitants pendant le confinement.

Un accord au Pays de Galles

Cela ne signifie pas pour autant que Sabella était à l’arrêt. Bien au contraire. En février, la PME quimpéroise a signé un accord avec l’entreprise galloise Menter Môn pour le projet hydrolien Morlais au large de l’île d’Anglesey (nord-ouest du Pays de Galles). Ce projet vise à développer une filière de l’hydrolien dans cette partie du Royaume-Uni. Menter Môn a mené des études de dérisquage et d’impact environnemental pour la création d’une ferme commerciale d’hydroliennes produisant 240 MW sur 35 km2. Le site est divisé en huit sous-zones de 30 MW chacune. Après avoir postulé et un audit technique, Sabella et s’est vu attribuer l’une d’entre-elles.

 

 

« L’implémentation est prévue pour 2024-2025 », explique Jean-Christophe Allo, directeur commercial de Sabella. « Pour nous, ce partenariat est important à deux titres : cela confirme l’intérêt du marché pour la technologie Sabella et la reconnaissance de notre expérience. Avoir une validation des audits techniques, c’est toujours gratifiant et satisfaisant. Pour la pérennité de la société, ensuite, ça donne une visibilité et ajoute un potentiel dans le carnet de commande ».

« Alliance hydrolienne »

Sabella soutiendra également la conférence Ocean energy Europe 2020 (OEE2020) rassemblant des centaines de professionnels de énergies marines et qui doit se tenir à Bruxelles en décembre. Pour ce faire, elle participe à « l’Alliance hydrolienne » (Tidal alliance) avec l’Ecossais Orbital Marine et le Canadien SME (Sustainable marine energy). Cette alliance « va faire des tables rondes en commun et on va évoquer des sujets de collaborations éventuelles », indique M. Allo.

Un avis favorable du parc marin

Par ailleurs, le parc marin d’Iroise a rendu le 28 mai dernier un avis favorable au projet qui prévoit l’implantation de deux hydroliennes dans le Fromveur en 2022, voire 2023 après le retard provoqué par les mesures pour contenir l’épidémie de coronavirus. Le Parc Marin a estimé que « Sabella a suivi les préconisations. L’impact de deux hydroliennes de 10 à 15 m de diamètre dans un chenal de profond de plus de 50 m et large de 3 km ne semble pas porter atteinte à l’environnement du parc. Les principaux enjeux, en particulier l’impact sur les populations de mammifères marins ou les poissons, le bruit ou l’effet barrière ont été pris en compte par le porteur de projet ». Baptisé Phares, ce projet est porté par Akuo Energy, et comprend aussi une éolienne, de l’énergie solaire et du stockage d’énergie (mis en œuvre par EDF SEI), afin de faire baisser la combustion fossile sur l’île d’Ouessant.

Vigilance à moyen terme

Quels effets aura la crise provoquée par l’épidémie de coronavirus ? Jean-Christophe Allo estime que « l’impact à court terme est relativement faible. Ce sont essentiellement des décallages de planning sur les opérations courantes et un petit ralentissement dans les projets collaboratifs et les prospections commerciales en cours. Mais rien de dramatique ». Néanmoins, à moyen terme, « ce qui nous préoccupe, c’est la capacité de l’Etat et des investisseurs privés à soutenir l’innovation, en particulier l’hydrolien, avec des fonds publics qui risquent de s’amoindrir et des investissements de capitaux privés plus frileux ou plus orientés sur des sujets matures ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.