Construction Navale
Saint-Nazaire : 750 salariés des chantiers contraints au chômage partiel

Actualité

Saint-Nazaire : 750 salariés des chantiers contraints au chômage partiel

Construction Navale

La direction des chantiers de Saint-Nazaire (STX France) a présenté, en comité d'entreprise, la situation du plan de charge de l'entreprise après l'annulation d'un paquebot de NCL et l'absence de confirmation des Meraviglia et Favolosa pour MSC Cruises. Hier, le directeur de la fabrication et le directeur industriel ont annoncé le volume de chômage partiel envisagé pour les mois de mars et d'avril. L'avis des élus sur ce projet sera recueilli le 23 janvier, avant l'envoi du dossier à la direction régionale du travail. Après les bureaux d'études, fin 2008, c'est au tour de la fabrication d'être touchée. « Comme on s'y attendait, le secteur production entre dans une période de sous-charge avec l'absence totale de nouveaux navires. La direction a travaillé sur le redéploiement du personnel en reprenant un certain nombre de travaux sur le prémontage et montage des navires en cours (C33 - NCL F3, T32 - MSC Magnifica et B33 - MSC Splendida) », commente la CFDT, qui parle de « situation très délicate ».
Malgré les mesures prises par la direction pour lisser la charge de travail, les différents ateliers vont devoir être arrêtés, notamment après « utilisation de jour ARTP employeurs et de jours de congés de la 5ème semaine ». En mars, les différents ateliers ont une sous-charge d'environ 25.000 heures (soit 22% du temps total du mois). En avril, le creux représentera 75.000 heures, soit 64% du temps. « Les techniciens et agents de maitrise des secteurs de productions seront touchés au même titre que les ouvriers de leurs équipes. Au total c'est donc environ 100.000 heures jusqu'à fin avril pour 750 salariés, soit environ 19-20 jours chômés par personne », explique le syndicat.

Les sous-traitants touchés par ricochet

Pour la CGT, la situation est très grave. « En effet, ils seront environ 800 à se partager la misère, une semaine de travail sur deux en mars et en avril. Période durant laquelle leur lieu de travail habituel, les ateliers, seront fermés. Ils devront aller, quand ils ne seront pas à la maison, exécuter des tâches reprises pour la plupart à des coréalisateurs, cela sur les navires encore dans le carnet de commandes », affirme la confédération. Les ex-Chantiers de l'Atlantique ne seront pas les seuls à être fortement touchés par la baisse d'activité. Les sous-traitants, dont le travail représente 70% de la valeur des paquebots réalisés à Saint-Nazaire, vont eux aussi subir de plein fouet ce trou d'air dans le carnet de commandes. Et, derrière eux, c'est toute l'économie locale qui va souffrir. Dans un marché de la croisière en berne, la CGT, comme d'autres syndicats, réclame une nouvelle fois que la politique du chantier s'oriente vers la diversification. Elle en appelle d'ailleurs à l'Etat, nouvel actionnaire (33%) de STX France, pour qu'il soutienne l'entreprise, notamment via des commandes de navires militaires. « Dans ce contexte extraordinairement préoccupant, l'Etat qui vient de rentrer dans le capital de STX a également la responsabilité de donner de l'activité aux Chantiers, les promesses du Président de la République ne se sont, à ce jour toujours pas concrétisées. Comment, dans ce pays, peut-on aider et soutenir des banques responsables de cette crise, et ne pas le faire pour les travailleurs, en rien responsables ? », s'interroge la CGT.

Pas de visibilité après avril

La direction de STX France doit mettre en place une cellule spécifique pour définir l'impact pour chaque salarié concerné. Les principales lignes seront connues vers le 20 janvier, indique la CFDT. « Le redéploiement du personnel se fera en alternance pour que tous les salariés aient une équivalence de jours chômés sur la période. Au-delà d'avril, nous demeurons sans visibilité ». La priorité du chantier est de garnir son carnet de commandes, qui ne compte pour l'heure que trois contrats fermes. Après la livraison du paquebot MSC Splendida (1637 cabines), en juin prochain, il ne restera plus que deux navires de croisière pour 2010. Le MSC Magnifica (1275 cabines) quittera l'estuaire de la Loire en mars et le C33 de NCL deux mois plus tard. Ensuite, c'est le mystère. STX négocie actuellement avec MSC Cruises pour que la construction de deux sisterships du Magnifica, annoncée l'été dernier, soit confirmée. La compagnie italienne souhaite que le chantier revoit à la baisse le prix de ces bateaux, prévus pour être livrés début 2011 et début 2012. Saint-Nazaire attend également après la commande d'un troisième Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) destiné à la Marine nationale. Ce contrat, annoncé par le ministère de la Défense, sera notifié en 2009. « Des démarches sont entreprises pour que ces commandes soient effectives mais la relance de l'outil industriel et l'existence du creux de charge aura sans doute des impacts », explique la CFDT. La seule bonne nouvelle concerne les bureaux d'études. STX est parvenu à décrocher quelques contrats pour des clients extérieurs, notamment dans le secteur de l'offshore. Ces marchés permettent, au moins pour un temps, de maintenir à flot l'activité des « BE ».

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)