Construction Navale
Saint-Nazaire achève l'assemblage de son dernier paquebot

Actualité

Saint-Nazaire achève l'assemblage de son dernier paquebot

Construction Navale

STX France a procédé à la pose du dernier des 77 principaux blocs constituant le Norwegian Epic. Le plus gros paquebot de l'histoire des chantiers nazairiens affiche désormais ses mensurations définitives. Le mastodonte se distingue par l'imposante structure installée au dessus de la passerelle, coiffée par l'ultime méga-bloc posé le 5 juin. D'une largeur de 40,60 mètres pour 34,70 mètres de longueur et 19,20 mètres de haut, ce bloc de 563 tonnes est l'un des plus gros et volumineux du navire. Il abritera des locaux de la zone privée baptisée Courtyard, situés à l'avant des ponts 15, 16, 17 et 18. Ainsi, on retrouvera, au pont 15, l'extrémité du Lido (cafeteria) ; aux ponts 16 et 17, des suites Courtyards et au pont 18 le Courtyard sundeck (pont bains de soleil). Il ne reste plus qu'à installer le mât radar, ce qui sera chose faite début juillet, avant que le Norwegian Epic ne soit mis à flot et transféré au bassin C pour achèvement. Commandé par la compagnie américaine Norwegian Cruise Line, ce navire de plus de 150.000 tonneaux mesure 329.45 mètres de long pour 40.64 mètres de large. Il disposera de 2109 cabines et suites, ce qui représente une capacité de 5186 passagers. L'équipage comprendra 1730 personnes. La livraison de ce géant est prévue à la fin du mois de mai 2010.

Pose du bloc 0898 (© BERNARD BIGER - STX France CRUISE SA)
Pose du bloc 0898 (© BERNARD BIGER - STX France CRUISE SA)

Le Norwegian Epic (© BERNARD BIGER - STX France CRUISE SA)
Le Norwegian Epic (© BERNARD BIGER - STX France CRUISE SA)

Le Norwegian Epic (© BERNARD BIGER - STX France CRUISE SA)
Le Norwegian Epic (© BERNARD BIGER - STX France CRUISE SA)

Pour STX France, la fin de l'assemblage du bateau est très symbolique. Elle marque une étape importante dans un contrat qui s'est révélé très difficile à mener. En octobre 2006, lorsque NCL avait passé commande, deux navires jumeaux devaient être construits. Mais, suite à un conflit entre le chantier et son client, portant sur le coût des modifications apportées au projet, NCL a annulé la construction du second paquebot, qui devait être livré en 2011. Sans oublier que l'option portant sur une troisième unité, livrable en 2012, n'a jamais été affermie. L'annulation partielle du projet est d'autant plus mal tombée que le chantier manque cruellement de travail. Le Norwegian Epic est, en effet, le dernier paquebot du carnet de commandes. Plus avancés, les MSC Splendida et MSC Magnifica seront livrés à MSC Croisières en juillet 2009 et mars 2010. Au fil de l'avancement, aucun autre navire ne prenant le relais, les différents services de STX (et les sous-traitants) se retrouvent sans activité. Malgré la commande d'un Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) pour la Marine nationale, le constructeur doit impérativement, pour survivre, signer au plus vite de nouvelles commandes. Le BPC ne représente, en effet, que 20% de la charge annuelle du chantier. Alors que des centaines de salariés doivent subir cet été des mesures de chômage partiel, tous les regards se tournent vers MSC Croisières. L'armateur italo-suisse semble, une fois de plus, le seul à pouvoir sauver la mise de l'entreprise en signant, au moment le plus délicat, une nouvelle commande. Deux paquebots de 315 mètres, dérivés des MSC Fantasia et MSC Splendida, sont en discussion. En position de force pour faire baisser les prix, la compagnie continue de négocier la facture avec Saint-Nazaire. Aux chantiers, tout le monde espère rapidement une bonne nouvelle, par exemple à l'occasion de la livraison du Splendida, le 4 juillet.

Le MSC Splendida (© BERNARD BIGER - STX France CRUISE SA)
Le MSC Splendida (© BERNARD BIGER - STX France CRUISE SA)

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)