Construction Navale
Saint-Nazaire : Aker Yards veut tripler son chiffre d'affaires et créer 2000 emplois en trois ans

Actualité

Saint-Nazaire : Aker Yards veut tripler son chiffre d'affaires et créer 2000 emplois en trois ans

Construction Navale

L'actualité est très riche, cette semaine, pour les anciens Chantiers de l'Atlantique. Après l'annonce du succès des essais du méthanier Provalys, réalisé pour Gaz de France, l'entreprise a dévoilé, mercredi, son plan de bataille industriel. Qualifié par certains de « moribond » il y a encore deux ans, le chantier amorce un redressement spectaculaire. Le plan d'action, présenté aux représentants du personnel, est le résultat d'un vaste processus de réflexion lancé en juin, suite au rachat d'Alstom Marine par le groupe norvégien Aker Yards. L'industriel s'étaient donné 100 jours pour tirer le meilleur parti de cette concentration de la navale française et scandinave. Douze groupes de travail et 300 personnes ont été mobilisés, en France et en Finlande, pour déterminer les meilleures synergies entre les sites de Saint-Nazaire, Turku, Rauma et Helsinki, constituant la division Cruise & Ferries d'Aker. Recentrage sur les compétences clés, partage des meilleures pratiques et des ressources du groupe, nouvelle stratégie d'achat et simplification de l'organisation... Quelques 150 initiatives ont été proposées afin de permettre à la division une économie de 100 millions d'euros en trois ans, dont 60 millions en France. D'ici 2011, l'objectif est de réduire de 125 millions d'euros les coûts de l'ensemble de la division. Dans le même temps, surfant sur les nouvelles commandes de paquebots enregistrées et attendues, Aker Yards souhaite démultiplier le chiffre d'affaires de Saint-Nazaire : « Ce nouveau plan va nous aider à sécuriser et à développer la construction navale dans la région de Saint-Nazaire. Nous pensons tripler notre chiffre d'affaires d'ici à 2009, mais cette croissance ne sera possible qu'avec le développement d'un réseau de sous-traitants élargi », explique Jacques Hardelay, directeur général d'Aker Yards France.

Le chantier pourrait de nouveau accueillir 12 à 13.000 personnes

L'augmentation de l'activité, qui a débuté cette année, se traduit par un important plan d'embauches. D'ici fin 2008, en interne, 640 nouveaux postes sont prévus, dont une centaine d'emplois en coordination d'armement et 400 postes d'ouvriers, principalement en coque métallique. Les recrutements sont en cours, avec 250 contrats déjà ouverts à candidature. Les retombées pour les fournisseurs seront, également, considérables, la sous-traitance assurant plus de 75% de la valeur des navires construits. Aker Yards estime que la croissance du carnet de commandes devrait permettre de générer 2000 emplois dans la région de Saint-Nazaire. Avec les 2650 salariés en interne et 3000 à 3500 sous-traitants travaillant actuellement sur le site, cela porterait, à l'horizon 2009, le nombre de personnels mobilisés autour de la réalisation des paquebots à près de 9000. Pour mémoire, entre 2001 et 2003, les chantiers comptaient plus de 13.000 employés sur site, avec une pointe à 15.000 mi-2003, au moment de l'achèvement du Queen Mary 2. Avec le jeu du travail temporaire, Saint-Nazaire pourrait retrouver ce niveau d'activité : « Pendant les pics d'activité, les entreprises ont énormément recours à l'intérim, certaines sociétés tournant parfois à plus de 50% d'intérim. Si nous revenons au même chiffre d'affaires qu'en 2003, nous reviendrons donc aux 13.000 personnes sur le chantier », estime Marc Ménager, de la CFDT. La décrue du nombre de salariés en interne sera toutefois sensible, puisqu'elle passera, pour une pleine charge, de 5500 en 2003 à 3300 en 2009. C'est pourquoi la CGT se dit « inquiète pour les emplois dans le chantier même et la préservation des savoir-faire ». Afin de parvenir à réaliser d'importantes économies destinées à développer la compétitivité de l'entreprise, la direction française va, progressivement, emprunter le modèle finlandais de « sous-traitance globale ». Encouragés à se développer et à grossir, les fournisseurs se verront attribuer des marchés plus importants. Marc Ménager y voit un point positif : « La sous-traitance globale donne une vue à plus long terme donc les entreprises vont peut être se décider à embaucher ».

Les syndicats restent vigilants, notamment en matière de filialisation

Si la nouvelle de la croissance et des emplois qui l'accompagne sont, dans l'ensemble, bien accueillis par les représentants du personnels, la vigilance reste de mise. La CFDT reconnaît « que ces changements s'inscrivent dans une stratégie industrielle volontariste à l'échelle de la branche d'activité mais [elle] restera très attentive. A l'échelle de l'entreprise élargie, la répercussion sur l'emploi est positive. Au niveau d'Aker Yards Saint-Nazaire, le recrutement de personnels ouvriers est aussi un point fort. Par contre, la réorganisation va impliquer le redéploiement de 240 salariés et à moyen terme des filialisations probables ». Outre des changements de postes consécutifs aux doublons constatés entre les services français et finlandais, le syndicat redoute que le Secteur Cabines soit, une nouvelle fois, extrait du groupe, après y avoir été réintégré en juin 2004. Les employés des ateliers de Montoir (ex-AMT), qui emploient 130 personnes et pourraient doubler leurs effectifs d'ici 2009 avec une production annuelle de 6000 à 6500 cabines, verraient d'un très mauvais oeil une nouvelle séparation avec le chantier, inspirée de l'organisation en vigueur en Finlande : « Entre grande entreprise et PME, si nous avions les mêmes statuts sociaux et les mêmes salaires en France qu'en Finlande, cela poserait moins de problèmes. Or, durant l'expérience de la filialisation d'AMT, les personnels des ateliers de Montoir ont passé trois ans sans participations ni intéressement. A l'arrivée, il y avait plus de 5000 euros d'écart par rapport à leurs collègues des chantiers », explique Marc Ménager. Les syndicats craignent également une filialisation au niveau des études industrielles et des risques d'externalisation, l'ensemble concernant près de 300 salariés. Le suivi des modifications annoncées sera donc observé à la loupe par les représentants du personnel, qui se veulent particulièrement vigilants sur le maintien des statuts sociaux. Un processus de concertation et d'information a été lancé. Il aboutira au recueil de l'avis du comité d'entreprise en janvier prochain. On notera que le plan d'entreprise lancé par le groupe Aker doit permettre de créer 260 nouveaux emplois sur les sites finlandais. A ce jour, la division Cruise & Ferries doit réaliser 18 navires pour une valeur de 5.5 milliards d'euros. Le carnet de commandes de Saint-Nazaire compte deux paquebots de la classe MSC Musica (1275 cabines), deux MSC Fantasia (1650 cabines) et deux NCL (2200 cabines). Une option pour un navire supplémentaire doit être confirmée par MSC, dans les prochains mois, et une autre pour NCL courant 2007.

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France) | Actualité