Construction Navale
ABONNÉS

Actualité

Saint-Nazaire construit son 50ème paquebot en 30 ans

Construction Navale

Les chantiers nazairiens réalisent actuellement leur 50ème navire de croisière depuis le Sovereign of the Seas, mis en service en janvier 1988 et qui symbolise l’entrée du constructeur français dans l’ère des grands paquebots modernes. Trente ans plus tard, un 50ème navire de croisière est donc en train de voir le jour chez STX France. Il s'agit du futur MSC Grandiosa, ou « G34 » selon son numéro de coque. Commandé par la compagnie italo-suisse MSC Cruises, ce navire, dont la réalisation a débuté en novembre dernier en vue d'une livraison fin 2019, sera une version agrandie du MSC Meraviglia (E34), achevé en mai 2017 et dont le sistership, le MSC Bellissima (F34), est en cours d'assemblage. 

Commençons d'ailleurs par ce dernier puisque c'est le plus avancé. Comme son aîné, le MSC Bellissima mesurera 315.8 mètres de long pour 43 mètres de large et affichera une jauge de 167.600 GT. Il comptera 2246 cabines, pour une capacité maximale de 5714 passagers, servis par 1536 membres d’équipage.

 

Le MSC Meraviglia (© MSC CRUISES)

Le futur MSC Bellissima (© BERNARD BIGER - STX FRANCE)

 

24 des 48 blocs assemblés

Sa construction a débuté le 28 novembre 2016 avec la cérémonie de découpe de la première tôle, suivie en octobre 2017 par la mise sur cale du premier bloc. Depuis, les travaux avancent extrêmement rapidement puisque lundi, le 24ème des 48 blocs allant constituer sa coque a été posé. Commencé dans la forme A de STX France, l’assemblage se poursuit désormais dans la forme B. Constituant la partie profonde de la gigantesque double cale de construction du chantier, celle-ci a été libérée suite à la mise à l’eau des deux projets qui l’occupaient jusque-là : le paquebot Celebrity Edge/J34 (306 mètres, 129.500 GT, 1467 cabines) et le topside de 4000 tonnes de la sous-station électrique P34, destinée au champ éolien allemand Arkona. Les J34 et P34 ont été respectivement transférés pour achèvement vers le bassin de Penhoët les 22 et 29 janvier.

 

Le Celebrity Edge (© MER ET MARINE)

Le topside de la sous-station P34 (© MER ET MARINE)

 

Une fois la forme B libérée, la section de coque du F34 déjà montée dans la forme A y a été transférée, puis remise au sec pour permettre la poursuite de l’assemblage des blocs. La mise à l’eau de la coque est prévue dès la mi-juin. Elle sera alors transférée vers le bassin C pour son armement à flot en vue d’une livraison, après essais en mer et ultimes travaux de finition, en février 2019.

Les délais d'assemblage réduits à seulement 16 mois

Le futur MSC Bellissima symbolise l’impressionnant changement de gabarit des navires de croisières ces 30 dernières années puisque F34 aura un volume plus que doublé par rapport au Sovereign of the Seas (268 mètres de long, 32 mètres de large, 74.000 GT, 1141 cabines), qui était alors le plus gros paquebot du monde. En trois décennies, les méthodes de construction ont également significativement évolué grâce à la modernisation des outils de conception liée au développement du numérique, comme de l’outil industriel avec la robotisation, l’amplification au maximum du pré-armement et la réalisation de blocs bien plus gros grâce au nouveau portique mis en service en 2015. Au final, les délais de réalisation sont considérablement réduits. Il s’écoulera ainsi moins d’un an et demi entre la mise sur cale et la livraison du F34. « La construction a encore été optimisée par rapport au E34, ce qui nous permet d’avoir des délais beaucoup plus courts en passant de 18 à 16 mois. Comme c’est un deuxième de série, nous enlevons les marges que nous avions prises pour le prototype mais ce n’est pas la seule explication. Nous avons aussi accéléré la pose des panneaux, ce qui permet de constituer les blocs plus vite », explique-t-on à Saint-Nazaire.

 

Pose des premiers blocs mi-novembre (© BERNARD BIGER - STX FRANCE)

Le futur MSC Bellissima en cours d'assemblage le 16 février (© BERNARD BIGER - STX FRANCE)

 

Le G34 succèdera au F34 dans la forme B dès le mois de juin

Les ateliers coque tournent à plein régime, et exclusivement pour MSC Cruises dont les projets mobilisent actuellement quelques 2000 personnes au chantier. Si la production métallique pour le F34 va s’achever début mars, deux autres paquebots vont en effet suivre pour la compagnie italo-suisse. Du type Meraviglia +, les G34 et H34 seront une version allongée de leurs aînés grâce à l’ajout d’une section supplémentaire de 15 mètres. Ces navires verront ainsi leur longueur passer à 331 mètres et leur jauge à 181.000 GT, pour un total de près de 2450 cabines. La découpe de la première tôle du G34, futur MSC Grandiosa, est intervenue le 15 novembre dernier. Ses premiers blocs vont être stockés sur l’aire de pré-montage en attendant la mise à l’eau du MSC Bellissima. Car les deux navires vont se succéder dans la forme B. Et là aussi cela va aller très vite puisque le G34 doit entrer en service dès novembre 2019, soit moins de 9 mois après le F34. Ce sera la seconde fois que MSC Cruises prend livraison la même année de deux paquebots construits dans l'estuaire de la Loire, après les MSC Poesia et MSC Fantasia en 2008. 

Une section de coque sous-traitée en Pologne

Pour réussir ce tour de force, Saint-Nazaire a pour la première fois sous-traité une grande section de coque longue de 125 mètres au chantier polonais Crist. Ce dernier, qui a déjà réalisé précédemment des blocs pour le chantier français (par exemple le bulbe d’étrave et les panneaux d’écubiers du Bellissima) passe donc au niveau supérieur, alors que STX France devrait externaliser la réalisation de telles sections pour tous ses prochains bateaux. Une sous-traitance à l’étranger qui, en fait, est essentielle pour accroître la charge interne de l’entreprise. « Nous ne pouvons réaliser seuls tous les paquebots que nous avons dans le carnet de commandes. Pour produire plus de navires, nous avons donc choisi de faire des parties à l’extérieur ce qui permet de maintenir à Saint-Nazaire une pleine charge en permanence. Ainsi, nous pouvons à l’arrivée sortir plus de navires, ce qui apporte plus de travail localement ».

 

Lors de la construction de l'Harmony of the Seas (© BERNARD BIGER - STX FRANCE)

 

Accroissement des capacités avec l'extension de l'aire de pré-montage

Un montage industriel appelé à se poursuivre malgré l’extension de 150 mètres de l’aire de pré-montage, qui va s’étaler sur un total de plus de 1000 mètres, dont 900 le long de la double-cale de construction (formes A et B). Les travaux sont en cours, le dévoiement du boulevard des apprentis étant désormais achevé (la route vient d’être ouverte). Reste à finir d’aménager le nouvel espace qu'elle contourne. Dès cet automne, ces surfaces serviront pour le stockage, avant que les rails du portique soient étendus afin de pouvoir y conduire à partir de 2019 des manutentions de grands blocs. Grâce à l’extension, les capacités industrielles du chantier vont croître. Il sera par exemple possible de réaliser des blocs en pleine largeur pour les superstructures des plus grands paquebots. Ces éléments pourront atteindre une cinquantaine de mètres de large, contre une limitation à 43 mètres sur l’espace disponible de l’actuelle aire de pré-montage. On notera que les sections de fond, plus lourdes, resteront constituées de deux blocs car elles dépasseraient en poids les capacités de levage du portique si elles étaient produites en pleine largeur.

 

La nouvelle extension (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Cette extension du chantier va donc permettre à STX France de monter encore en puissance dans les années qui viennent, la sous-traitance à l'étranger de blocs et éléments de coques pour lisser la charge ayant le même effet démultiplicateur que pour le G34.

En attendant, compte tenu de la charge très élevée dont bénéficie déjà l’entreprise, il a fallu être inventif pour optimiser la place sur l’actuelle aire de pré-montage, avec par exemple d’étonnants empilements de blocs.

Faire coincider la mise à l'eau du F34 avec l'arrivée de la section du G34

La section de 125 mètres du G34, qui représente plus d’un tiers de la partie basse du futur bateau, devrait quitter la Pologne fin mai pour être remorquée à Saint-Nazaire, où son arrivée est prévue vers le 15 juin. Une opération qui sera « minutée » puisqu’elle doit correspondre précisément à la mise à flot du F34. L’idée est en effet que, sitôt le MSC Bellissima transféré au bassin C, la forme B restée en eau accueille immédiatement la section de 125 mètres du futur MSC Grandiosa. De là, les blocs pré-armés qui auront été stockés en avance de phase sur l’aire de pré-montage seront rapidement montés sur la partie polonaise, permettant une mise à l’eau du navire dès décembre 2018/janvier 2019.

 

Le Symphony of the Seas doit être livré fin mars (© BERNARD BIGER - STX FRANCE)

 

Une belle succession de navires pour MSC et RCCL

Et déjà, d’autres paquebots pousseront derrière puisqu’il y aura à suivre le K34, premier des trois sisterships du Celebrity Edge, livrable début 2020, puis le H34 (jumeau du MSC Grandiosa), prévu pour entrer en service en novembre 2020. Le chantier enchainera avec le C34, une nouvelle version des Harmony of the Seas (A34, livré en mai 2016) et Symphony of the Seas (B34, livrable le mois prochain), deux géants de la classe Oasis de la compagnie américaine Royal Caribbean International. Un peu plus volumineux que son aîné, le second affiche une jauge de plus de 228.000 GT pour une longueur de 362 mètres et 2775 cabines, ce qui lui permet de devenir le plus gros paquebot du monde. Un record que va battre la troisième unité de la série puisqu’une nouvelle section de coque devrait être ajoutée. Après l’achèvement du C34, prévu au printemps 2021, deux nouveaux navires du type Edge (L34 et M34) quitteront l’estuaire de la Loire à l’automne 2021 et à l’automne 2022.

 

Les futurs World Class de MSC Cruises (© STX FRANCE)

 

D'autres projets à suivre

Et ce n’est pas fini puisque STX France travaille sur plusieurs autres projets, en particulier les quatre World Class de MSC Cruises. Premiers paquebots dotés d’une propulsion fonctionnant au gaz naturel liquéfié réalisés en France, ces mastodontes d’environ 200.000 GT et 2750 cabines doivent être livrés au printemps 2022, puis en 2024, 2025 et 2026. Alors que le chantier conserve de la place pour d’autres navires (un paquebot géant peut être par exemple positionné en 2023), il aura également à réaliser les quatre nouveaux bâtiments logistiques de la Marine nationale, dont la tête de série devrait être terminée en 2023 et son premier sistership entre 2024 et 2025. Et puis il y a bien entendu l’activité liée aux énergies marines, STX France espérant décrocher cette année de nouvelles commandes de sous-stations électriques pour des champs éoliens offshore.

 

 

Liste des navires de croisière livrés depuis 1987

1987 : Sovereign of the Seas

1988 : Star Princess

1990 : Nordic Empress

1991 : Monarch of the Seas

1992 : Majesty of the Seas, Dreamward

1993 : Windward

1995 : Legend of the Seas

1996 : Splendour of the Seas

1997 : Paul Gauguin, Rhapsody of the Seas

1998 : Vision of the Seas, R One, R Two

1999 : Mistral, R Three, R Four

2000 : Millennium, R Five, R Six, R Seven

2001 : R Eight, Infinity, European Vision, Summit, Seven Seas Mariner

2002 : European Stars, Constellation, Coral Princess

2003 : MSC Lirica, Island Princess, Crystal Serenity, Queen Mary 2

2004 : MSC Opera

2006 : MSC Musica

2007 : MSC Orchestra

2008 : MSC Poesia, MSC Fantasia

2009 : MSC Splendida

2010 : Norwegian Epic, MSC Magnifica

2012 : MSC Divina

2013 : Europa 2, MSC Preziosa

2016 : Harmony of the Seas

2017 : MSC Meraviglia


 

STX FRANCE (Chantiers de Saint-Nazaire)