Construction Navale
Saint-Nazaire face à deux géants

Actualité

Saint-Nazaire face à deux géants

Construction Navale

Avec le nouveau mouvement de consolidation de la navale européenne constitué par la reprise de Turku par Meyer Werft, Saint-Nazaire se retrouve seul face à deux géants. Le chantier français, dernier actif européen contrôlé par le groupe sud-coréen STX Offshore & Shuipbuilding, fait non seulement face à l’alliance germano-finlandaise, mais aussi à Fincantieri. En plus de ses huit chantiers italiens, ce dernier dispose de plusieurs sites aux Etats-Unis via sa filiale FMG et s’est offert début 2013 STX OSV (ex-division Offshore & Specialized Vessels d’Aker Yards). Positionnée notamment sur le secteur offshore, cette filiale, devenue Vard, compte neuf chantiers, soit cinq en Norvège, deux en Roumanie, deux au Brésil et un au Vietnam, ainsi que des bureaux d’études en Norvège et au Canada. En tout, le groupe public italien aligne désormais 21 sites dans le monde et emploie plus de 20.000 personnes. Bien que son introduction en bourse, au début de l’été, se soit moins bien passée que prévu (seuls 27.49% de la société ont été vendus, alors que près de la moitié de son capital était proposé à la vente), limitant de fait la levée de

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire