Construction Navale
Saint-Nazaire : Inquiétude et changement de nom aux chantiers

Actualité

Saint-Nazaire : Inquiétude et changement de nom aux chantiers

Construction Navale

Repris l'an dernier par le groupe sud-coréen STX Shipbuilding, les ex-Chantiers de l'Atlantique, qui avaient été rachetés en 2006 par le Norvégien Aker Yards, s'appelaient depuis la fin 2008 STX France Cruise SA. Lors de la dernière séance de l'Assemblée Générale extraordinaire, les actionnaires de la société (l'Etat, Alstom et STX Europe) ont décidé de changer la dénomination sociale de STX France Cruise SA en STX France SA. Un nom plus simple qui reflète également la volonté des chantiers de diversifier leur activité en dehors de la construction des paquebots de croisière. STX France souhaite aujourd'hui renforcer sa présence sur le segment militaire, pour lequel il réalise actuellement un bâtiment de projection et de commandement destiné à la Marine nationale. Ce mois-ci, un contrat doit également être signé avec le ministère de la Défense pour l'étude d'un porte-avions à propulsion nucléaire. Dans le domaine offshore, l'entreprise travaille avec sa maison mère sud-coréenne afin de décrocher des contrats. Des projets sont également à l'étude avec des groupes français, comme Technip et Total. STX souhaite, en effet, se positionner sur la réalisation de navires de construction à l'offshore et des quartiers d'habitation de plateformes.
Dans le domaine des ferries, les chantiers nazairiens espèrent voir Brittany Ferries commander, avant l'hiver, un nouveau navire dont la livraison pourrait intervenir sous deux ans.

Les deux nouveaux MSC très incertains?

Enfin, le constructeur mise toujours sur la croisière. Les deux nouveaux paquebots souhaités par MSC font toujours l'objet de discussions, le montage financier restant à boucler avec les banques. Mais, lors du baptême du MSC Splendida à Barcelone, la direction de MSC a reconnu que le contexte actuel poussait à la prudence. Selon des propos rapportés par Ouest France, Gianluigi Aponte, président de Mediterranean Shipping Company, a même reconnu que sa filiale croisière avait actuellement du mal à remplir ses bateaux. Dans ces conditions, la commande de deux nouvelles unités parait bien incertaine. Et, même si d'autres armateurs ont des projets, STX ne s'attend pas à engranger un prototype avant 2010. D'ici là, les chantiers de Saint-Nazaire doivent gérer le creux de la vague. Seuls deux paquebots restent à livrer pour mars et mai 2010. A la fin de l'été et jusqu'en décembre, 800 salariés de l'entreprise devraient être concernés par des mesures de chômage partiel. Ces mesures pourraient atteindre une semaine par mois et par personne. STX espère, néanmoins, limiter la casse via un nouveau plan de formation, en cours de discussion. Certains salariés pourront, en outre, puiser dans leur compte épargne temps. En revanche, les redéploiements deviennent de plus en plus difficile en raison du manque croissant d'activité. Face à cette situation, qui pourrait devenir catastrophique si MSC ne confirme pas ses nouveaux bateaux, les syndicats appellent l'Etat à tout mettre en oeuvre pour faciliter l'obtention de nouveaux contrats.

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire