Construction Navale
Saint-Nazaire : la construction de la sous-station du futur champ de Fécamp débute

Actualité

Saint-Nazaire : la construction de la sous-station du futur champ de Fécamp débute

Construction Navale
Energies Marines

Huit mois après celle du futur parc éolien offshore de Guérande, la construction de la sous-station électrique destinée au champ de Fécamp a officiellement débuté hier aux Chantiers de l’Atlantique, à Saint-Nazaire, avec la traditionnelle cérémonie de découpe de la première tôle. Le « T34 », comme on l’appelle chez le constructeur nazairien, doit être livré en 2022 pour être installé en mer au large des côtes normandes. La sous-station a été commandée début juin par le consortium chargé du développement du parc de Fécamp, qui comprend EDF, Enbridge et WPD Offshore.

 

Cérémonie de découpe de la première tôle hier (© : BERNARD BIGER)

Cérémonie de découpe de la première tôle hier (© : BERNARD BIGER)

Cérémonie de découpe de la première tôle hier (© : BERNARD BIGER)

Cérémonie de découpe de la première tôle hier (© : BERNARD BIGER)

Cérémonie de découpe de la première tôle hier (© : BERNARD BIGER)

Cérémonie de découpe de la première tôle hier (© : BERNARD BIGER)

 

Elle a été attribuée à un groupement d’entreprises emmené par Atlantique Offshore Energy, la business unit des chantiers nazairiens dédiée aux énergies marines qui assure la conception, la construction et la mise en service de la sous-station. S’y ajoute GE Grid Solutions, en charge des équipements électriques haute tension et des systèmes de protection et contrôle-commande, ainsi que SDI, filiale de l’armement belge DEME, qui sera responsable du transport et de l’installation de la sous-station, les travaux commençant avec la pré-installation des pieux en mer avant l’arrivée des deux structures composant le T34 : une fondation en treillis métallique de type jacket et un topside accueillant les équipements. D’un poids de 2200 tonnes, ce dernier mesurera 41 mètres de long pour 27 mètres de large et 15 mètres de haut.

 

Le T34 (© : ATLANTIQUE OFFSHORE ENERGY)

Le T34 (© : ATLANTIQUE OFFSHORE ENERGY)

 

D’une capacité totale de 497 MW, la sous-station collectera et transformera l’électricité produite par les 71 éoliennes (des SWT-7.0-154  de 7 MW qui seront produites par la nouvelle usine havraise de Siemens-Gamesa) du futur parc de Fécamp. Une fois transformée, l'électricité sera transférée vers le réseau terrestre via des câbles sous-marins. La sous-station assurera également le pilotage du parc en local.

Alors que la construction de la sous-station du futur parc de Guérande (S34) se poursuit en vue d’une livraison en 2021, cette activité en pleine montée en puissance va employer l’année prochaine 400 personnes aux Chantiers de l’Atlantique. Ceux-ci attendent une troisième commande pour un parc développé par EDF et Enbridge, celui de Courseulles-sur-Mer, dont l’affermissement est attendu d’ici la fin de l’année en vue d’une livraison en 2023. Et le constructeur nazairien se positionne évidemment toujours sur les marchés à l’export, avec lesquels il avait d’ailleurs remporté ses trois premiers succès dans le domaine des sous-stations électriques : au Royaume-Uni (Westermost Rough, 210 MW, 2014), puis en Belgique (Rentel, 309 MW, 2018) et en Allemagne (Arkona, 385 MW, 2018).

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire