Vie Portuaire
Saint-Nazaire : La déconstruction du Zortürk s’achève

Actualité

Saint-Nazaire : La déconstruction du Zortürk s’achève

Vie Portuaire

Sept ans après son arrivée dans l’estuaire de la Loire, le vieux cargo Zortürk est en passe de disparaitre. Lancée au printemps, la déconstruction du navire touche à sa fin dans la forme 3 des bassins de Saint-Nazaire, qui sera enfin libérée début juillet.  « Le chantier, confié à l'entreprise Séjourné, spécialisée dans les opérations de démantèlement de biens industriels, s'est déroulé sans encombre, dans le respect de la règlementation sur les installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE), à laquelle est soumise la déconstruction de navire », précise le Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire.  

 

Le Zortürk en janvier 2015 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Zortürk en janvier 2015 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Après évacuation des déchets et matériaux encombrants restés à bord (mobilier, électroménager, cordage, outillage…), les opérations de désamiantage ont été engagées. Séjourné a ensuite procédé à la déconstruction des machines, l’évacuation des vieux moteurs et la découpe de la coque, progressivement démantelée. Des opérations menées sous haute surveillance et répondant à de fortes contraintes règlementaires, en particulier dans le domaine de la sécurité, de la santé des personnels comme des riverains, et de la protection de l’environnement. Le cadre est en particulier très strict autour du traitement des déchets et produits dangereux. L’autorité portuaire, qui a veillé au bon déroulement du démantèlement, précise avoir réalisé « des visites inopinées sur le chantier pour s'assurer du respect des consignes de sécurité générales et des modalités d'entreposage des déchets (état des rétentions, tri…) ».

 

Le 2 mai (© : NSNP)

Le 2 mai (© : NSNP)

Le 19 mai (© : NSNP)

Le 19 mai (© : NSNP)

Le 31 mai (© : NSNP)

Le 31 mai (© : NSNP)

Le 8 juin (© : NSNP)

Le 8 juin (© : NSNP)

Le 8 juin (© : NSNP)

Le 8 juin (© : NSNP)

Le 8 juin (© : NSNP)

Le 8 juin (© : NSNP)

Le 16 juin (© : NSNP)

Le 16 juin (© : NSNP)

 

Victime d’une voie d’eau en juillet 2009 alors qu’il faisait route d’Hull vers Lisbonne, le navire, qui s’appelait alors Aspet, s’était dérouté vers le port ligérien pour s’y mettre à l’abri. Mais le vieux cargo fluviomaritime, construit en 1983 et long de 110 mètres, n’a plus jamais quitté Saint-Nazaire malgré son rachat et une tentative de remise en état. Déclaré inapte à reprendre la mer, il a été saisi par le tribunal de commerce de Saint-Nazaire et ce n’est finalement qu’en novembre 2014 qu’un protocole d’accord fut signé entre le port et le dernier propriétaire du bateau. Ce dernier avait trois mois pour remettre le navire en conformité avec la règlementation, faute de quoi il serait déchu de ses droits sur le Zortürk. Les travaux n’ayant pas été effectués, la décision de justice est tombée en mars 2015 et le port de Nantes Saint-Nazaire a relancé la longue et complexe procédure devant aboutir au démantèlement du navire. Après publication en janvier 2016 d’un nouvel appel d’offres, Séjourné a été retenu le mois suivant, les travaux débutant en mai. La fin d’une affaire qui aura empoisonné la vie du port pendant des années.

 

Le Zortürk en 2012 (© : MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

Le Zortürk en 2012 (© : MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

 

Car l’immobilisation de l’ex-Aspet n’a pas été sans incidence sur l’activité portuaire. En plus des pertes financières liées à l’occupation des formes et quais, évaluées aujourd'hui par le GPM à 800.000 euros, sa présence pendant 18 mois dans la forme 3  a bousculé l’organisation des activités de réparation navale. Elle a par exemple obligé le port à mettre exceptionnellement à disposition l’énorme forme Joubert pour le passage en cale sèche de petits bateaux.

Avec la disparition du Zortürk, dont le démantèlement fut une activité temporaire de circonstance pour les bassins nazairiens, les formes de radoub du bassin de Penhoët retrouveront enfin, le mois prochain, leur configuration optimale. Ainsi, après une semaine de préparation, la forme 3 va renouer avec la réparation navale en accueillant la barge Jules Verne et le pousseur Val d’Armor pour une opération de maintenance de deux semaines. 

 

Port de Nantes Saint-Nazaire