Construction Navale
Saint-Nazaire : le Celebrity Apex livré virtuellement en pleine épidémie

Actualité

Saint-Nazaire : le Celebrity Apex livré virtuellement en pleine épidémie

Construction Navale
Croisières et Voyages

C’est sans doute une première dans l’histoire de la construction navale. Les Chantiers de l’Atlantique ont livré vendredi 27 mars le paquebot Celebrity Apex au groupe américain RCCL. Pas comme d’habitude en paraphant dans un bureau ou à bord les documents nécessaires, mais au cours d’une visioconférence qui s’est déroulée dans l’après-midi entre le constructeur et l’armateur, les papiers étant électroniquement signés. Initialement, le navire devait être réceptionné par la compagnie Celebrity Cruises, filiale de RCCL, le 20 mars, quitter Saint-Nazaire le lendemain et être baptisé le 30 mars à Southampton. Mais la pandémie a retardé la livraison et tomber à l'eau l'inauguration et les premières croisières. Faute d'avoir à Saint-Nazaire les représentants légaux de l’armateur, il a fallu imaginer une alternative répondant à de nombreuses contraintes administratives et juridiques pour permettre le transfert de propriété et les paiements associés. Seule tradition physiquement assurée, une petite cérémonie de changement de pavillon qui s’est déroulée avec quelques officiers à bord du navire, toujours amarré au quai d’armement du bassin de Penhoët, à Saint-Nazaire.

29 cas confimés de Covid-29 vendredi

Une situation inédite d’autant que le Celebrity Apex, avec plus de 1400 personnes à bord, a été placé à l’isolement par les autorités françaises. Il est en effet victime d’une épidémie de coronavirus. 7 premiers cas, testés mercredi 25 mars, se sont révélés positifs au Covid-19 a annoncé jeudi la préfecture de la Loire-Atlantique. Depuis, 22 autres ont été confirmés (en date de vendredi). Tous les malades, ainsi que les cas contact (une centaine), c’est-à-dire des personnes ayant côtoyé de près leurs collègues atteints, ont été mis en isolement. Le navire avait pourtant été volontairement placé par Celebrity Cruises (filiale de RCCL exploitant ce paquebot) en vase normalement clos mi-mars, de manière à passer une période de quatorzaine avant son inauguration à Southampton, qui devait avoir lieu le 30 mars. Une décision prise peu avant les mesures de confinement mises en place par le gouvernement français. 

Polémique suite à la crew party du 21 mars

Top tard donc. Le bord a, de plus, eu la très mauvaise idée d’organiser le 21 mars une « crew party », c’est-à-dire une grande fête réunissant l’équipage pour lui permettre de décompresser et dans ce cas de célébrer la fin d’une période éprouvante de mise en place avant livraison. Postée par un participant sur les réseaux sociaux, une vidéo montrant la boite de nuit du navire pleine à craquer de jeunes gens faisant la fête, dans une France alors soumise au confinement et à la distanciation sociale, était déjà mal passée dans les jours qui avaient suivi l’évènement. Mais avec l’annonce des premiers cas de Covid-19 à bord quelques jours plus tard, elle fait désormais polémique. Car cette fête a probablement été un vecteur de propagation du virus. De plus, des responsables syndicaux des Chantiers de l'Atlantique redoutent que le confinement initial du navire vis-à-vis de l’extérieur n’ait pas été scrupuleusement respecté et que certains membres d’équipage aient pu continuer d’aller faire leurs courses en ville. C'est le cas de Force Ouvrière, qui demande « que soient mis en place des dépistages pour les travailleurs directs et indirects qui ont pu être en contact avec le personnel de l’armateur et que des masques soient mis à disposition des salariés toujours présents sur le site. Mais nous demandons aussi qu’un dépistage plus large sur la population nazairienne soit fait afin d’éviter de faire de Saint-Nazaire un cluster ».

Situation sanitaire complexe suivie de près par les autorités françaises

La situation sanitaire du Celebrity Apex, qui reste jusqu’à nouvel ordre à Saint-Nazaire, est évidemment suivie de très près par les autorités françaises. Un arrêté a été pris pour interdire aux occupants du paquebot d’en sortir sans autorisation médicale. « Par ailleurs, une désinfection générale du navire est en cours. Le système de ventilation des cabines a été modifié pour n’être alimenté qu’avec de l’air en provenance de l’extérieur. L’évolution de la situation à bord du Celebrity Apex est suivie avec attention par les autorités administratives et sanitaires et des mesures seront prises pour permettre un rapatriement vers leur pays d’origine. En attendant, les personnes restent confinées à l’intérieur du bateau », indiquait vendredi la préfecture de la Loire-Atlantique. A bord, il y avait selon cette dernière 1407 personnes, pour l'essentiel des membres d'équipage et du personnel de la compagnie présent pour le lancement du nouveau paquebot. Mais pas seulement, comme on le croyait initialement. Quelques sous-traitants des chantiers étaient encore à bord pour effectuer les derniers travaux et mises au point (ils devaient initialement rester à bord jusqu'à Southampton). Une vingtaine a été déclarée apte à débarquer et a pu quitter le navire ce week-end. 

Les chantiers quasiment à l'arrêt

Quant aux Chantiers de l’Atlantique, dans le personnel desquels on compte également des malades, l’entreprise a mis en sommeil ses ateliers de production le 17 mars et les activités d’armement des navires dans les jours qui ont suivi. En dehors des salariés en télétravail, il ne reste plus sur place que quelques centaines de personnes, en majorité dans les bureaux d’études où différentes mesures de protection ont été prises. Mais le BE lui aussi devrait bientôt s’arrêter, faute notamment d’éléments en provenance des clients.

Des négociations entre la direction et les syndicats sont en cours afin de gérer cette période d’arrêt forcé du travail.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France) Royal Caribbean