Construction Navale
Saint-Nazaire : le combat des personnels de MAN se poursuit

Actualité

Saint-Nazaire : le combat des personnels de MAN se poursuit

Construction Navale
Défense

Garantir la pérennité du savoir-faire français en matière de moteurs diesels, dont l’activité marine et les groupes de secours équipant les sous-marins de la Marine nationale, et atténuer le plan de licenciements lié à la restructuration lancée par la direction du groupe en Allemagne. Ce sont les deux combats que continuent de mener les représentants du personnel du site MAN Energy Solutions de Saint-Nazaire. Cela fait bientôt six mois que la mobilisation a débuté.

D’abord, pour mémoire, le contexte. Le fabricant de moteurs nazairien, anciennement connu sous le nom de SEMT-Pielstick, a été créé en 1946 et a équipé pendant très longtemps les unités de la marine française, bâtiments de surface comme sous-marins, y compris ceux à propulsion nucléaire qui disposent de moteurs auxiliaires ou « de secours » réalisés à Saint-Nazaire. En 2006, le motoriste allemand MAN, devenu filiale du groupe Volkswagen cinq ans plus tard, rachète l’intégralité du capital de SEMT-Pielstick. Le site français est intégré au groupe et s’il produit aujourd’hui surtout des gammes de moteurs et groupes pour des applications terrestres,  conserve néanmoins une activité marine, notamment celle permettant de fournir et entretenir les machines des sous-marins français.

Saint-Nazaire, qui emploie plus de 600 salariés, va être impact