Construction Navale
Saint-Nazaire : Le creux de la vague est-il passé?

Actualité

Saint-Nazaire : Le creux de la vague est-il passé?

Après deux années de tempête et d'incertitudes, un rayon de soleil perce dans le ciel des Chantiers de l'Atlantique. Evènement majeur, la confirmation de la commande de deux paquebots de 3887 passagers ne sera toutefois pas suffisante.
Construction Navale

Le groupe Italien MSC a confirmé hier la lettre d'intention signée en juin dernier avec Alstom Marine. Ce contrat, d'une valeur de 1,1 milliard d'euros, porte sur la construction de deux paquebots géants de 1660 cabines, livrables en avril 2008 et mai 2009. Avec un déplacement de 133.800 tonneaux, les Fantasia (A 33) et Serenata (B 33) seront à peine plus petits que le Queen Mary 2 et offrent l'énorme avantage d'embarquer 350 cabines de plus. Patrick Boissier, président des Chantiers de l'Atlantique, parle d' « évènement historique car c'est la plus grosse commande jamais signée par l'entreprise. Elle représente l'équivalent d'un an de travail complet ». La commande passée par la compagnie italienne a surtout le mérite de tomber au meilleur moment. Plusieurs dizaines d'employés des bureaux d'études avaient été touchés cet été par la baisse d'activité. « Sans ce contrat, le chômage technique aurait été énorme dans les bureaux d'études. Ils vont donc pouvoir travailler tout de suite sur le développement du projet », nous précisait hier Philippe Bouquet-Nadaud, directeur des ressources humaines. En revanche, les deux super-paquebots ne solutionnent pas le problème du trou de charge rencontré pour la « coque métallique », un secteur qui emploie 700 personnes. Le creux doit durer 6 mois et Alstom planche sur toutes les possibilités pour redresser la barre.

Le retour des navires de charge à Saint-Nazaire ?

A la surprise générale, la direction du chantier nazairien a évoqué hier un futur contrat aussi inattendu que surprenant : « Nous pensons conclure un projet pour une série de bateaux de charge. Il y aurait plusieurs coques à réaliser, ce qui permettrait de se maintenir à flot en 2006 », explique Jacques Hardelay, directeur des opérations d'Alstom Marine. Pour autant, il n'est pas question

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire