Vie Portuaire
Saint-Nazaire : Le nouveau peloton de la gendarmerie maritime opérationnel
ABONNÉS

Actualité

Saint-Nazaire : Le nouveau peloton de la gendarmerie maritime opérationnel

Vie Portuaire
Défense

La Gendarmerie maritime a installé cet été un nouveau peloton de sûreté maritime et portuaire (PSMP). Septième du genre, il est chargé de surveiller et protéger le port de Nantes Saint-Nazaire. Forte d’une trentaine de gendarmes, cette unité a débuté son activité avec une vedette de sûreté maritime et portuaire (VSMP) de 12.6 mètres, ainsi qu’une EFR (embarcation à fond rigide), en l’occurrence un semi-rigide Sillinger de 6.5 mètres équipé d’un moteur hors-bord de 200 cv. Le PSMP dispose par ailleurs de véhicules, dont des 4x4 avec remorques pour le transport des moyens nautiques légers.

 

Les gendarmes maritimes dans l'estuaire de la Loire (© : 

Les gendarmes maritimes dans l'estuaire de la Loire (© : MER ET MARINE)

 

Une nouvelle vedette en 2019

Au second semestre 2019, le peloton disposera d’une toute nouvelle VSMP, en cours de construction sur le site Socarenam de Calais. Cette future vedette en aluminium, conçue par le bureau d’architecture nantais Pierre Delion, mesurera 15 mètres de long pour 5.46 mètres de large, avec un déplacement en charge de 17.2 tonnes et un tirant d’eau inférieur à 1 mètre. Equipée de deux moteurs de 650 cv et d’hydrojets, la vedette pourra atteindre la vitesse de 30 nœuds à pleine charge. Elle pourra accueillir 8 gendarmes et disposera à l’avant d’une sellette pour la mise en œuvre d’une mitrailleuse. La plage arrière sera quant à elle aménagée pour permettre le déploiement de plongeurs.

 

Vue de la future VSMP ligérienne, livrable en 2019 (© : 

Vue de la future VSMP ligérienne, livrable en 2019 (© : SOCARENAM / PIERRE DELION ARCHITECTURE)

 

Le Haubert assure la transition avant de rejoindre Calais

En attendant l’arrivée de cette nouvelle unité, le PSMP de Nantes Saint-Nazaire utilise l’une des huit premières VSMP construites spécialement pour armer les nouveaux pelotons portuaires de la Gendarmerie maritime. Livrés en 2010 et 2011 par le chantier Ufast de Quimper, ces bateaux de 12.6 mètres, capables d’atteindre 35 nœuds, étaient initialement basés au Havre (Pavois et Rondache), Port-de-Bouc (Ecu et Haubert), Marseille (Harnois), Toulon (Gantelet), Brest (Brigantine) et Cherbourg (Heaume). En 2017, lorsqu’un nouveau PSMP a été créé à Dunkerque, l’une des deux vedettes du Havre, la Rondache, y a été affectée. La même logique a prévalu pour Nantes Saint-Nazaire, qui a reçu l’une des deux unités de Port-de-Bouc, en l’occurrence le Haubert, qui va faire la transition en attendant la livraison de la VSMP en cours de construction chez Socarenam. Dès que celle-ci sera opérationnelle, le Haubert quittera l’estuaire de la Loire pour rejoindre Calais, où le prochain PSMP doit être créé en 2019.

Huit PSMP créés depuis 2006

La Gendarmerie maritime arme donc, désormais, huit PSMP, dont quatre dédiés à des ports civils. Le premier a été créé au Havre en 2006, d’autres pelotons étant ensuite installés à Port-de-Bouc (couvrant la zone de Fos-sur-Mer) en 2009, Marseille (Joliette) en 2010 et Dunkerque en 2017. Trois PSMP ont entretemps vu le jour dans les trois bases navales françaises : Toulon, Brest et Cherbourg. Après Saint-Nazaire, un neuvième peloton sera donc créé l’an prochain à Calais.

 

Le paquebot Celebrity Edge escorté par le Haubert lors de son départ le 31 octobre (© : 

Le paquebot Celebrity Edge escorté par le Haubert lors de son départ le 31 octobre (© : BERNARD BIGER)

 

Protection des ports, notamment contre le terrorisme

Mis en oeuvre par la Gendarmerie, du fait de sa double compétence terrestre et maritime, le dispositif des PSMP vise les navires, les approches et installations des ports. Les pelotons sont placés sous la responsabilité conjointe du préfet maritime et du préfet de département. Ils sont chargés de la protection contre les actions terroristes, le transport illicite de marchandises, l'immigration clandestine et les autres actes de malveillance de droit commun. Les gendarmes armant ces unités assurent des fonctions de commandement, de ciblage, de renseignement, d’intervention/fouille, d’expertise et de police judiciaire. A Saint-Nazaire, la VSMP Haubert assure notamment l’escorte de navires sensibles, comme les méthaniers ou encore les mouvements des paquebots construits par les Chantiers de l’Atlantique. Elle complète d'autres moyens de la Gendarmerie maritime basés dans le secteur, comme la vedette côtière de surveillance maritime (VCSM) Sèvre. 

 

La VCSM Sèvre dans l'estuaire de la Loire (© : 

La VCSM Sèvre dans l'estuaire de la Loire (© : MER ET MARINE)

 

Nouvelles embarcations d'intervention de 9.5 mètres

A terme, les PSMP disposeront tous de moyens nautiques similaires, avec en plus des VSMP et EFR une nouvelle embarcation de sûreté maritime et portuaire (ESMP). Il s’agira d’un grand semi-rigide de 9.5 mètres équipés de deux moteurs de 300 cv chacun. La livraison des 9 futures ESMP, soit une par peloton, est prévue à partir de 2019. Ces embarcations, capables de transporter une dizaine de personnes et pouvant être armées d’une mitrailleuse, permettront aux gendarmes d’intervenir rapidement pour une opération de contrôle ou l’interception d’une menace.

 

Port de Nantes Saint-Nazaire Gendarmerie maritime