Marine Marchande
Saint-Nazaire : Les méthaniers de Gaz de France partiront tous en 2006

Actualité

Saint-Nazaire : Les méthaniers de Gaz de France partiront tous en 2006

Marine Marchande

Les travaux se poursuivent sur les trois navires construits aux Chantiers de l’Atlantique. Ces bateaux sont les premiers à mettre en œuvre les membranes CS1. Conçues par Gaz Technique Transport (GTT) et construites sous licence par Alstom, elles permettent de remplacer les cuves sphériques (Moss) des méthaniers précédents. Un procédé innovant qui a connu quelques déboires au moment du lancement du premier bâtiment, le Gaz de France Energy, un navire d’une capacité de 74.000 m3. Fin 2004, le remplissage des cuves avait permis de déceler un problème d’étanchéité sur la paroi secondaire ; qui enrobe les cuves et permet d’éviter les fuites de gaz liquide au travers de l’isolation, en cas de rupture de la membrane primaire. Il n’y avait donc pas de risque direct de fuite de méthane, retenu par la membrane primaire, mais la barrière secondaire ne présentait pas les garanties de sécurité suffisantes. Ingénieurs et techniciens mettront sept mois pour comprendre l’origine et la nature exacte de l’avarie. « Nous avons détecté un problème de collage sur la barrière secondaire. Sur le premier navire, il a fallu défaire ce qui avait été réalisé, nettoyer la colle et refaire correctement le collage », explique Patrick Boissier, président d’Alstom Marine.

Un retard qui atteindra 22 mois

De lourds travaux ont donc été entrepris sur le Gaz de France Energy, avec la dépose de la membrane primaire et d’une partie de l’isolation, ainsi que le re-échafaudage des cuves. Le chantier, d’une durée de 15 mois, prendra fin en septembre 2006, date à laquelle le navire sera livré, avec 22 mois de retard. Un second méthanier, le Provalys (154.000 m3), utilisant lui aussi les membranes CS1, avait vu sa construction interrompue pendant les investigations menées sur son aîné. Malgré un retard de 7 mois, il sera le premier à rejoindra la flotte de GDF, en juin prochain. Le Provalys permettra de valider les modifications apportées par le chantier. Il sera en effet le premier à tester le nouveau collage au cours d'essais gaz, programmés en février 2006. Son sistership, le Gaselys, actuellement en la forme de construction, n’a pas été affecté et a bénéficié dès le début de sa réalisation des nouvelles techniques de collage. Il quittera Saint-Nazaire en octobre 2006. Les pénalités de retard et le surcoût engendré par les travaux pourraient s’élever à 50 millions d’euros pour Alstom, soit environ un tiers du prix du Gaz de France Energy. Toutefois, un argument de poids pourrait éventuellement peser sur les indemnités réclamées par Gaz de France (dont GTT est une filiale à 40%). Le constructeur nazairien détient en effet la solution à un problème qu’il n’est peut être pas le seul à connaître. Selon une rumeur dont les effets se sont propagés jusqu’en bourse, les chantiers navals coréens, qui construisent également des méthaniers sous licence GTT (Mark 3), seraient confrontés à des difficultés similaires. Si c’est le cas, le remède à ces maux pourrait se monnayer fort cher.

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)