Construction Navale
Saint-Nazaire : Manifestation unitaire de soutien à la navale

Actualité

Saint-Nazaire : Manifestation unitaire de soutien à la navale

Construction Navale

Entre 2500 et 7000 personnes se sont réunies, mercredi à Saint-Nazaire, afin de défendre l'avenir de la construction navale. De nombreux salariés et sous-traitants de STX France étaient présents, les cinq organisations syndicales du chantier ayant appelé à débrayer et se rassembler sur le terre-plein de Penhoët. De nombreux élus locaux étaient également présents afin d'apporter leur soutien à cette activité historique de l'estuaire de la Loire. Traversant l'une des plus graves crises de leur histoire, les chantiers de Saint-Nazaire ont signé une lettre d'intention avec MSC Cruises pour la réalisation d'un nouveau paquebot de 1751 cabines. Mais cette commande vitale, qui doit encore être confirmée courant mars, ne sera pas suffisante pour assurer la pérennité de la navale nazairienne, qui représente près de 6000 emplois dans la région. Actuellement, il ne reste plus qu'un paquebot dans le carnet de commandes. Déjà bien avancé, le Norwegian Epic sera livré en juin prochain à la compagnie américaine NCL. En dehors de ce contrat, les chantiers n'ont à réaliser qu'un bâtiment de projection et de commandement (BPC) pour la Marine nationale. La mise sur cale est intervenue en janvier et l'achèvement de la coque est programmé au printemps 2011, le BPC ne représentant que 20% de la change annuelle de STX France. Ces derniers mois, la baisse d'activité a eu de lourdes conséquences pour l'emploi, malgré les supplétifs trouvés par la direction et les pouvoirs publics. « Les intérimaires et CDD ont été " remerciés ". Les salariés de STX subissent d'importantes mesures de chômage partiel. Un plan d'adaptation des effectifs (de 351 départs volontaires) a été décidé par la Direction. Plusieurs secteurs de STX n'ont plus aucune activité. Les uns après les autres, les ateliers de fabrication de la coque métallique ferment ou vont fermer totalement et les salariés mis en chômage partiel sans aucune date de reprise de leur activité. Cette situation est dramatique pour tous les salariés de STX France. Dans les entreprises sous-traitances, la situation est aussi extrêmement grave. Fin des contrats précaires, chômage partiel, licenciements ont également été annoncés ou vont l'être dans les prochaines semaines », s'inquiètent FO, la CGT, la CFE-CGC, la CFDT et la CFTC.

Les syndicats demandent le soutien de l'Etat

Certes la futur commande de MSC apportera une bouffée d'oxygène et, à plus d'un titre, est salvatrice pour STX. Toutefois, ce contrat attendu depuis l'été 2008 ne solutionne pas tous les problèmes, loin s'en fait. D'abord, le futur navire n'entrera pas en production avant le printemps, ce qui signifie que les ateliers en fabrication vont encore rester fermés un moment. Ensuite, il faudra environ 15 mois entre la découpe de la première tôle et la mise à flot, période où commence le gros de l'aménagement du navire. Or, les sous-traitants, en charge de ces travaux, n'auront aucun paquebot à achever entre le départ du Norwegian Epic, en juin, et le lancement du nouveau MSC, un an plus tard. C'est pourquoi les syndicats sont encore très inquiets. Ils demandent à l'Etat, actionnaire à 33.34% de STX France, de garantir l'avenir des chantiers. Elles lui demandent d'être « caution financière pour obtenir des commandes de navires » ; « de s'impliquer totalement pour garantir l'avenir du Chantier Naval, y compris en devenant l'actionnaire majoritaire » ; « de s'investir pour le développement de la filière construction navale civile (coréalisateurs et sous-traitants) » ; et de « soutenir financièrement la diversification des chantiers et la recherche et développement ».
Afin de compenser la baisse - sans doute momentanée - du nombre de commandes de paquebots (bien que le secteur soit en plein développement), STX France a entrepris en 2008 de diversifier son activité. L'entreprise cherche, notamment, à se développer sur le secteur offshore, ainsi que sur le domaine militaire. Croisière, offshore, militaiire... En plus de la commande de MSC, STX se fixe pour objectif de décrocher trois autres contrats cette année.

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire