Construction Navale
Saint-Nazaire : Négociations et grève se poursuivent sur fond de chômage partiel

Actualité

Saint-Nazaire : Négociations et grève se poursuivent sur fond de chômage partiel

Construction Navale

Les négociations se poursuivent, à Saint-Nazaire, où la direction des chantiers tente de trouver un accord sur les mesures de chômage partiel qui vont toucher plus de 750 salariés. Les syndicats réclament toujours une indemnisation à 100% des jours chômés, aucun abattement sur le 13ème mois, ou encore un maintien des droits aux congés payés. Depuis une semaine, l'activité du site est perturbée par le mouvement de grogne d'une partie du personnel. Bien que les grévistes ne soient, selon la direction, qu'une petite centaine (sur 2600 salariés) à observer le mouvement depuis le début, les différentes actions menées ont, notamment, entrainé en fin de semaine dernière un blocage des approvisionnements.

Afin de trouver une issue à la crise, les représentants FO, CGT, CFDT, CFE/CGC et CFTC ont rencontré hier la direction. « Nous avons fait des propositions qui garantissent le maintien à 100% de la rémunération pendant les périodes chômées. Comme la loi veut que les périodes de chômage ne soient rémunérées qu'à 60%, nous proposons de compenser par le paiement, d'avance, de jours de récupération », explique-t-on à la Direction des Ressources Humaines de STX France, où on estime qu'il s'agit « d'un effort financier énorme ».

Concrètement, les employés contraints au chômage partiel, faute d'activité, conserveraient leur salaire, mais 40% de celui-ci proviendrait d'avances sur des récupérations futures. Ainsi, lorsque les commandes reviendront et que l'entreprise connaitra une activité normale, ponctuée notamment des traditionnelles périodes de « rush » avant les livraisons, la direction récupèrera ces avances sous forme d'heures supplémentaires (sur une période pouvant aller jusqu'à deux ans si un accord est conclu).
Selon la DRH, les syndicats ne se seraient pas montrés hostiles au projet. En revanche, les cinq organisations refusent que les salariés soient obligés d'utiliser tous leurs jours de CET (Compte Epargne Temps) et crédits d'heures supplémentaires pour avoir droit au nouveau dispositif d'indemnisation des jours chômés. Les syndicats souhaitent également des éclaircissements sur l'abattement éventuel le 13ème mois, mesure qu'ils refusent.
Une nouvelle réunion de négociation est prévue ce matin. Pour appuyer les revendications, CGT, CFDT et FO appellent les personnels à semobiliser massivement.

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire