Construction Navale
Saint-Nazaire peut encore se positionner sur les ferries

Actualité

Saint-Nazaire peut encore se positionner sur les ferries

Construction Navale

Malgré un marché en berne, les chantiers nazairiens pourraient avoir, avec la SNCM et Brittany Ferries, deux opportunités intéressantes pour renouer avec la construction de ferries. Pour mémoire, le dernier bateau de ce type réalisé dans l'estuaire de la Loire fut le SeaFrance Berlioz, mis en service au printemps 2005 sur la ligne Calais-Douvres. Depuis, le constructeur n'a plus remporté de commandes sur ce segment. Alors que le marché des paquebots s'est réduit à peau de chagrin, deux dossiers sont suivis avec attention. Le premier projet concerne la Société Nationale Corse Méditerranée. Après le rachat à un armement grec du Pasiphae Palace, qui sera rebaptisé Jean Nicoli et entrera en flotte dans quelques semaines, la compagnie marseillaise envisage de commander un nouveau bateau cette année. Armant 10 navires, la compagnie française a commandés ses deux dernières unités à l'étranger. Ainsi, en 2002, le Danièle Casanova était livré par les chantiers italiens et le Pascal Paoli était lancé aux Pays-Bas. Le Napoléon Bonaparte, mis en service en 1996, est le dernier ferry livré à la SNCM par les ex-Chantiers de l'Atlantique, aujourd'hui STX France. Si la compagnie lance son projet, tous les constructeurs, en quête de commandes, seront évidemment sur les rangs. Mais à Saint-Nazaire, où la cale de construction sera vide en juillet, on espère que les politiques interviendront en faveur de l'industrie française. Bien que privatisée en 2006, la SNCM est, en effet, encore détenue à 25% par l'Etat. Mais, avant de voir la commande d'un bateau en France, il faudra convaincre Veolia, actionnaire majoritaire de la SNCM

Brittany Ferries : « Saint-Nazaire a toutes ses chances »

STX France regarde également vers Brittany Ferries, où les opportunités sont existantes, bien qu'apparemment un peu plus lointaines. L'armement breton baptisera, samedi, l'Armorique, un navire flambant neuf qui vient de lui être livré par les chantiers STX d'Helsinki (ex-Aker Yards comme Saint-Nazaire). Après Les Mont Saint-Michel, Pont-Aven et Cotentin, il s'agit de la quatrième unité neuve mise en flotte par la compagnie en six ans. Alors que le Pont L'Abbé (remplacé par l'Armorique) a été mis en vente, le bateau le plus ancien de Brittany Ferries est aujourd'hui le Bretagne. Livré par Saint-Nazaire en 1989, ce bateau achève un important chantier de modernisation à Cherbourg. Pour la compagnie bretonne, il n'y a donc pas urgence à commander de nouveaux bateaux, surtout dans un contexte économique dégradé. Il n'empêche que Brittany Ferries prépare déjà l'avenir et pourrait bien relancer ses investissements dans une paire d'années. « Que dans deux ans nous ayons bien avancé sur un choix pour pouvoir signer avec un chantier la construction d'un bateau neuf, oui », nous expliquait hier son président.
Pour les futurs navires, Jean-Marc Roué estime que Saint-Nazaire a toutes ses chances. « Oui, Saint-Nazaire a toutes ses chances. STX France et STX Finlande, c'est le même groupe. C'est en fonction de la disponibilité des chantiers que le groupe définira où est-ce qu'il a la possibilité de le faire. Pour l'Armorique, nous avons choisi Aker Yards (devenu STX à l'été 2008). A Saint-Nazaire, ce n'était de toute façon pas possible car ils étaient surbookés par les bateaux de croisière lorsque nous avons signé le contrat, il y a 24 mois. Aujourd'hui, je pense que si on signait un contrat avec STX, Saint-Nazaire serait certainement un des chantiers où la construction pourrait se faire car leur carnet de commandes est beaucoup moins chargé qu'au moment où nous avons signé pour l'Armorique ».

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)