Construction Navale

Actualité

Saint-Nazaire : Première cérémonie sur le MSC Preziosa

Le dernier paquebot construit à Saint-Nazaire sort de l’ombre. Hier, aux chantiers STX France, s’est déroulée la traditionnelle cérémonie des pièces à bord du « X32 », qui va devenir le MSC Preziosa et sera baptisé à Gênes en mars 2013. Habituellement, deux pièces de monnaie, qui selon la tradition doivent porter bonheur au nouveau navire qui les reçoit, sont soudées dans les fonds, généralement lors de la mise sur cale des bateaux. Cela n’a pas été le cas avec le X32 car, initialement, ce paquebot avait été commandé (en juin 2010) par la compagnie nationale libyenne GNMTC, autour de laquelle gravitait l’un des fils Kadhafi. Le renversement du maître de Tripoli, l’an dernier, avait provoqué l’annulation de la commande (GNMTC étant en défaut de paiement), bien que le bateau soit déjà bien avancé. Jacques Hardelay, directeur de STX France à l’époque, avait alors eu la sagesse de poursuivre les travaux, avec pour objectif de vendre la coque au principal client du chantier, MSC Croisières. L’armateur italo-suisse était en effet impliqué depuis le début dans le projet libyen, le X32 n’étant qu’une réplique (aménagée dans le plan d’origine de manière plus ou moins exotique) du MSC Divina, troisième paquebot de la classe Fantasia, livré par STX France en mai 2012.

 

Le Divina quittant Saint-Nazaire le 19 mai (© STX FRANCE - BERNARD BIGER)

 

Au moins à égalité avec le leader européen en 2013

 

Pour MSC Croisières, la reprise du X32 a constitué une très belle opportunité, lui permettant de compléter avantageusement la série des Fantasia. Mais, dans un contexte économique difficile, il aura fallu de nombreux mois pour boucler le montage financier permettant à la compagnie de racheter le navire. L’opération ne sera finalisée qu’en mars 2012, la livraison du navire, initialement prévue en décembre de la même année, étant repoussée à mars 2013. Depuis, la communication avait été très discrète sur le MSC Preziosa, MSC préférant sans doute laisser passer un peu de temps et se concentrant sur son précédent fleuron, le MSC Divinia, inauguré en grande pompe à Marseille en juin dernier.

 

Mais il est désormais l’heure, pour la compagnie, de regarder l’avenir et mettre en avant son nouveau paquebot, qui doit lui permettre, en 2013, d’égaler voir de distancer légèrement, en termes de capacité, sa grande rivale Costa Croisières, leader européen de la croisière. Un véritable évènement pour MSC, qui a connu un développement fulgurant ces 10 dernières années en acquérant 12 nouveaux navires, tous construits à Saint-Nazaire. Même si Costa reprendra l’avantage avec l’arrivée d’un nouveau paquebot géant en 2014, année où MSC n’aura pour la première fois pas d’entrée en flotte, l’armement italo-suisse va, clairement, franchir un cap historique.

 

Le MSC Preziosa en construction (© STX FRANCE - BERNARD BIGER)

 

Plus de 1000 personnes travaillant à bord chaque jour

 

Hier, en tous cas, le président de MSC Croisières ne cachait pas son enthousiasme : « Je suis très heureux de célébrer aujourd’hui une étape majeure dans la construction du MSC Preziosa, ce magnifique paquebot qui viendra compléter la désormais célèbre classe Fantasia. Il augmentera notre capacité d’accueil totale à plus de 40.000 lits ». Pierfrancesco Vago était évidemment présent pour la cérémonie au cours de laquelle deux pièces commémoratives ont été intégrées dans le mât radar du navire par Chrystelle Vaillant, soudeuse chez STX France. Les deux marraines de l’évènement étaient Daniela Picco, directrice marketing de MSC, et Jeannette Le Quéau, qui travaille au sein de l’équipe gérant le contrat X32 au chantier. Comme ses aînés, le MSC Preziosa est un navire impressionnant, avec ses 333 mètres de long et 38 mètres de large, pour une jauge qui atteindra 140.000 tonneaux. La construction de navire, qui pourra accueillir 4345 passagers, constitue une œuvre gigantesque, nécessitant le savoir-faire de nombreux spécialistes et de corps de métiers très différents au sein du chantier et de la compagnie. « Quelques chiffres impressionnants illustrent bien cette ambition partagée : 30.000 tonnes d’acier, 2000 km de câbles, 1751 cabines ; et c’est encore aujourd’hui 1000 personnes qui travaillent chaque jour sur le MSC Preziosa », note Laurent Castaing, directeur du chantier nazairien, qui a souligné hier la volonté de STX France « de continuer à soutenir le développement de MSC vers le leadership européen du marché des croisières ».

 

Hier, lors de la cérémonie des pièces (© STX FRANCE - BERNARD BIGER)

 

Hier, lors de la cérémonie des pièces (© STX FRANCE - BERNARD BIGER)

 

La dernière production d’une alliance nouée il y a 10 ans

 

Après cet ultime navire, le chantier nazairien espère bien poursuivre la grande aventure débutée au début des années 2000 avec MSC Croisières et la famille Aponte, propriétaire du groupe Mediterranean Shipping Company. Numéro 2 mondial du transport maritime conteneurisé, avec une flotte de 438 porte-conteneurs, MSC était, il y a 10 ans, un « nain » de la croisière, exploitant uniquement trois vieux bateaux de petite taille.  Le MSC Lirica, livré en 2003, sera le premier d’une longue série de paquebots qui rythment la vie du chantier nazairien depuis 10 ans : Lirica, Opera, Musica, Orchestra, Poesia, Fantasia, Magnifica, Splendida, Divina et maintenant Preziosa… Auxquels il faut ajouter les Armonia et Sinfonia construits eux aussi dans l’estuaire de Loire et rachetés par MSC après la faillite de Festival en 2004, un évènement majeur pour le renforcement du partenariat entre la famille Aponte et Saint-Nazaire. Dès lors, STX France (à l’époque Alstom Marine puis Aker Yards de 2006 à 2008) sera le fournisseur officiel de MSC, qui lui témoigne depuis une fidélité particulièrement remarquable dans un secteur très concurrentiel, où il n’est pas rare de voir les armateurs changer de constructeur entre deux projets.

 

Mise à flot du X32 en février 2012 (© STX FRANCE - BERNARD BIGER)

 

Pas de nouvelle commande en vue

 

Pour l’heure, le X32 est le dernier grand paquebot en commande à Saint-Nazaire, où l’on espère que MSC poursuivra son expansion avec de nouveaux navires. Mais ce ne sera malheureusement pas pour tout de suite. Alors que, pour la première fois depuis longtemps, aucun navire arborant la cheminée bleue frappée d’une rose des vents ne sortira des cales françaises en 2013, la prudence est de mise dans le secteur de la croisière. Car, malgré un marché numériquement en fort développement, les armateurs voient, en général, leur rentabilité mise à mal par l’effet conjugué de la crise et d’une très forte concurrence liée à l’explosion du nombre de navires en service. Peinant, qui plus est, à trouver des solutions de financement, toutes les grandes compagnies ont tendance à reporter leurs prochaines commandes en attendant des jours meilleurs. MSC, avec le projet Vista, portant sur des paquebots de 2000 cabines, ne déroge pas à la règle, surtout que la situation demeure également instable dans le conteneur. Par conséquent, l'armateur a annoncé qu'il gelait tous ses investissements, dans le cargo comme dans la croisière.

 

 

 

STX FRANCE (Chantiers de Saint-Nazaire) MSC Cruises