Construction Navale
Saint-Nazaire : Premières conséquences sociales du conflit avec NCL

Actualité

Saint-Nazaire : Premières conséquences sociales du conflit avec NCL

Construction Navale

Les conséquences du conflit opposant Aker Yards à Norwegian Cruise Line à propos des paquebots géants du programme F3 commencent déjà à se faire sentir sur l'emploi. Alors qu'NCL a annulé fin septembre la construction du premier navire, de source syndicale, plusieurs dizaines d'intérimaires n'auraient pas vu leur contrat renouvelé. Selon la CGT, une vingtaine de Roumains, qui avaient semble-t-il des contrats jusqu'au 29 novembre, auraient même été réexpédiés chez eux dès le week-end dernier par leur employeur (un sous-traitant de rang 2). Ces départs feraient suite à la lettre adressée la semaine dernière par Aker Yards France à 600 de ses fournisseurs. Dans ce courrier, le chantier leur demande de « suspendre immédiatement » les travaux entrepris sur le D33, second paquebot destiné à NCL, dont la mise sur cale était prévue dans les prochains mois. Aux chantiers de Saint-Nazaire, on ne nie pas cette situation, mais on parle d'un impact limité. « Le D33 est en début de processus. Il y a, peut-être par prudence, des contrats d'intérim qui n'ont pas été renouvelés. Mais il n'y a aucun plan de licenciement de grande ampleur », assure la direction de l'entreprise. Quant à la situation en interne, elle se veut tout aussi rassurante : « Il n'y a pas de problème social actuellement ». Reste qu'Aker Yards, à l'image de certains de ses fournisseurs, joue quand même la carte de la prudence en ces temps d'incertitudes. La société, qui s'était lancée l'an dernier dans une vaste campagne visant à recruter des centaines de personnes d'ici la fin 2009, a revu ses ambitions à la baisse. « Nous ralentissons nos recrutements, par prudence par rap

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire